Le président de la BCE appelle les banques à plus de vigilance

 |   |  385  mots
Lors d'une audition devant le parlement européen, Jean-Claude Trichet a lancé un appel pour une réflexion sur les engagements hors bilan des banques, frappées de plein fouet par la crise du crédit.

La communauté financière doit tirer les leçons de la crise qui secoue actuellement les marchés du crédit. C'est le message qu'a adressé Jean-Claude Trichet, président de la Banque Centrale Européenne (BCE), au Parlement européen ce mardi, lors d'une audition spéciale consacrée à la crise.

Premiers visés, les véhicules spéciaux ou "conduits" qui portent certains engagements hors bilan des banques. Sous l'effet de la crise et de la défiance des investisseurs à l'égard de ces produits, les établissements financiers se voient contraints de les conserver au sein de leur bilan, faute d'acheteurs sur les marchés. "Il nous faut mener une réflexion sur ces conduits et véhicules spéciaux qui semblent hors bilan mais en fait ont des liens avec une banque car il y a des lignes de crédit qui peuvent être activées dans certains cas. (...) Soyons pragmatiques et prenons le temps de la réflexion, mais il faut améliorer la situation - cela est absolument clair", a déclaré Jean-Claude Trichet.

Pour le patron de l'institution européenne, la défiance des investisseurs, qui a conduit à une aggravation de la crise issue à l'origine des prêts hypothécaires à risque aux Etats-Unis, provient d'un certain manque de transparence sur les marchés financiers. "Le manque de confiance que nous voyons actuellement est dû en bonne partie au sentiment qu'il y a d'obscures informations, des faits et des chiffres qui ne sont pas communiqués. Nous devons en tirer la conclusion, exactement comme lors de la crise asiatique. Il faut clairement améliorer cette situation. Un rétablissement de la confiance est absolument essentiel", a-t-il ajouté à ce propos.

Hormis ces quelques pistes de réflexions, le président de la BCE a tenu à rappeler le rôle de la banque centrale qui est d'assurer le "fonctionnement correct" du marché monétaire. Il a ainsi rejeté les critiques qui, ces derniers jours, avaient accusé l'institution d'avoir renfloué des banques qui auraient pris un risque de crédit exagéré. Après avoir injecté des liquidités sur le marché interbancaire au jour le jour, la BCE a confirmé qu'elle va lancer une opération de refinancement à plus long terme (trois mois). Celle-ci devrait porter sur un montant d'environ 50 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :