Energie : Paris souhaite un rapprochement entre la Sonatrach et GDF, Suez ou Total

 |   |  374  mots
Pour son premier déplacement hors d'Europe, le chef de l'Etat français se rend aujourd'hui en Algérie et en Tunisie. Nicolas Sarkozy entend bien évoquer longuement avec ses interlocuteurs les questions énergétiques. Il "souhaite un rapprochement" entre le groupe public algérien d'hydrocarbures Sonatrach et des sociétés françaises comme Gaz de France, Suez ou Total.

Pour son premier déplacement hors d'Europe, Nicolas Sarkozy se rend deux jours au Maghreb, en Algérie et Tunisie. Aucun dirigeant d'entreprise ne fait partie du voyage et aucun accord économique ne devrait y être signé. Toutefois, Nicolas Sarkozy devrait évoquer longuement avec ses interlocuteurs les questions énergétiques.

Ce mardi, le chef d'Etat français indique dans une interview publiée dans les quotidiens El Watan (francophone) et El Khabar (arabophone) qu'il "souhaite un rapprochement" entre le groupe public algérien d'hydrocarbures Sonatrach et des sociétés françaises comme Gaz de France, Suez ou Total. "Nous avons autant besoin de sécuriser nos approvisionnements en gaz pour le futur que l'Algérie de pouvoir compter sur un accès sûr et garanti au marché français et, au-delà, européen", affirme encore Nicolas Sarkozy. "On ne peut donc que souhaiter un rapprochement entre les compagnies françaises - GDF, mais aussi Suez et Total - et la Sonatrach", ajoute le président français.

Lundi, David Martinon, porte-parole de l'Elysée, a indiqué que la question d'un " partenariat entre GDF et la Sonatrach sera également à l'ordre du jour ". Lorsqu'il n'était encore que ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy avait exprimé ses réserves sur une fusion entre GDF et Suez, privilégiant un rapprochement avec la société algérienne d'hydrocarbures. GDF et Sonatrach travaillent sur le développement et la commercialisation vers l'Europe et les États-Unis du gisement gazier de Touat.

Le président français évoque aussi une coopération dans le nucléaire civil. "La France dispose de la technologie nucléaire, alors que l'Algérie commence à penser à l'après-pétrole", souligne-t-il. "Il est extrêmement important que l'énergie nucléaire ne soit pas l'affaire de quelques pays du Nord, avait pour sa part indiqué lundi le porte-parole de l'Élysée David Martinon. Le nucléaire est " quelque chose qu'il [Nicolas Sarkozy] entend partager avec les pays du pourtour méditerranéen ". L'Algérie est le seul pays du Maghreb à disposer de deux centrales. Paris veut rattraper le terrain perdu après la signature, le 10 juin dernier, d'un protocole d'accord entre les États-Unis et l'Algérie dans le domaine du nucléaire civil.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :