Trois milliards d'euros de contrats pour la France au Maroc

La France a signé pour trois milliards d'euros de contrats civils et militaires lors de la visite d'Etat du président français Nicolas Sarkozy au Maroc. Le plus important est la réalisation d'une ligne de train à grande vitesse (TGV) entre Tanger et Casablanca. La France a également vendu une frégate polyvalente de classe FREMM et Areva a signé un accord de coopération avec l'Office chérifien des phosphates.

Arrivé lundi en fin de journée à Marrakech, Nicolas Sarkozy a signé pour trois milliards d'euros de contrats civils et militaires lors de sa visite d'Etat au Maroc. Le Maroc est le premier bénéficiaire de l'aide française avec 200 millions d'euros en moyenne par an et la France est le premier partenaire commercial du royaume.

"C'est une magnifique visite d'Etat. Les intérêts de la France y sont bien défendus. Nous avons signé pour trois milliards de contrats lundi avec Sa Majesté", a déclaré le président français aux journalistes à la suite de son intervention devant le parlement marocain.

Comme révélé par la Tribune, le plus important contrat est la réalisation d'une ligne de train à grande vitesse (TGV) entre Tanger et Casablanca. Ce chantier est estimé à 2 milliards d'euros, dont la moitié reviendra notamment à trois entreprises françaises, Alstom, la SNCF et Réseau ferré de France, pour le matériel roulant et l'équipement de la voie (signalisation, sécurité).

Une première tranche de la ligne TGV sera réalisé entre Tanger et Kenitra sur 200 km. Selon Alstom, la réalisation de la ligne Tanger-Kenitra, qui sera mise en service en 2013, est estimé à "environ 2 milliards d'euros, dont un milliard pour le génie civil et un milliard pour le système ferroviaire". Dans le cadre de ce projet, Alstom sera chargé de livrer 18 rames de trains à très grande vitesse à deux niveaux (Duplex). La construction de cette ligne, à l'étude depuis 2004 permettra de relier Tanger à Casablanca en 2h10 au lieu de 5h actuellement.

Par ailleurs, Alstom a signé deux autres importants contrats. Le premier avec l'Office national des Chemins de fer marocain (ONCF) se monte à 74 millions d'euros pour la livraison à compter de 2010 de 20 locomotives Prima électriques de nouvelle génération et la maintenance pendant deux ans. Le second, d'un montant de 200 millions d'euros, porte sur le domaine de la génération d'électricité avec une participation à l'équipement de la future centrale à cycle combiné d'Aïn Béni Mathar, située à une centaine de kilomètres d'Oujda, dans le nord-est du pays.

Autre contrat dans l'escarcelle, la vente d'une frégate polyvalente de classe FREMM. Selon la presse marocaine, son coût s'élève à 500 millions d'euros. Il a également été décidé que la France moderniserait 25 hélicoptères Puma et 140 véhicules blindés de l'armée marocaine. La France fournira aussi un système de surveillance des frontières.

Par ailleurs, un protocole d'accord a été signé entre la société française spécialisée dans la production l'énergie nucléaire Areva et l'Office chérifien des phosphates (OCP) pour l'extraction de l'uranium de l'acide phosphatique marocain.

En revanche, comme on pouvait s'y attendre Nicolas Sarkozy n'est pas parvenu à imposer les avions Rafale. Le Maroc a confirmé sa préférence pour les chasseurs bombardiers américains F16 plutôt que des avions de combat français Rafale de Dassault.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.