Airbus contre Boeing : Bruxelles revient à la charge sur les subventions

 |   |  357  mots
Un représentant européen indique ce mercredi que les aides publiques dont a bénéficié Boeing ont fait perdre 19 milliards d'euros à Airbus entre 2004 et 2006. L'avionneur américain a simplement précisé que les difficultés d'Airbus provenaient uniquement de ses mauvais choix.

La bataille de subventions aéronautiques continue. Alors que les plaintes respectives de Bruxelles et de Washington contre les aides publiques accordées à Airbus et Boeing sont toujours en cours d'instruction à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le camp européen a dégainé ce mercredi. A l'occasion d'une énième audience à Genève, Geoff Shuman, directeur d'Airbus pour les affaires européennes, a accusé Washington d'avoir causé du tort à Airbus en subventionnant Boeing.

Dans le même temps, un représentant européen cité par l'Agence France Presse (AFP), estime que les subventions dont à bénéficié l'avionneur de Chicago entre 2004 et 2006 ont causé à Airbus un manque à gagner de 27 milliards de dollars (19 milliards d'euros). Les européens accusent Boeing de bénéficier d'aides indirectes en profitant des programmes de recherche et développement de la Nasa et du département américain de la Défense.

A contrario, Washington assure que les aides au lancement obtenues par Airbus ont permis à l'avionneur européen de grignoter 20% des parts de marché de Boeing ces dernières années. Airbus bénéficie d'aides publiques qu'il rembourse par un versement sur chaque livraison d'avions durant toute la vie du programme. Avec ce système d'avances remboursables, Airbus peut rembourser bien plus que la somme prêtée, si le programme est un succès. Et beaucoup moins en cas d'échec. C'est ce que dénonce Boeing (en plus du montant des taux d'intérêts qu'il juge dérisoires). "Depuis 2000, Airbus a gagné 20% de points de parts de marché, tous directement pris de Boeing", déclare la porte-parole du représentant américain au commerce Gretchen Hamel. "Si Airbus souffre, c'est de leur propre faute, à cause des choix qu'ils ont fait en développant l'A380, et ce n'est pas lié à de supposées subventions à Boeing", déclare un représentant de l'avionneur américain. Difficile effectivement sur ce point de donner tort à l'américain.

Le jugement de l'OMC sur la plainte des Etats-Unis contre Airbus est attendu en décembre, alors que la décision sur les accusations de Bruxelles contre Boeing devrait être rendue publique en juin 2008.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :