Bernard Arnault confiant dans l'avenir du marché du luxe

Le président du groupe LVMH anticipe un quasi doublement des ventes mondiales de produits de luxe au cours des cinq ans à venir, qui seraient ainsi portées à 300 milliards d'euros.

Depuis Moscou où il est invité à une conférence, le président du groupe LVMH Bernard Arnault a déclaré ce mercredi qu'il anticipait un quasi doublement des ventes mondiales de produits de luxe au cours des cinq ans à venir, qui seraient ainsi portées à 300 milliards d'euros. Et ce malgré la crise sérieuse qui secoue les marchés financiers depuis cet été en raison de la crise du subprime.

"Cela est dû à trois facteurs: la création de nouvelles richesses, l'augmentation du nombre des consommateurs et le développement de nouveaux marchés que nous poursuivons", explique Bernard Arnault. Il a ainsi minimisé les craintes d'investisseurs qui évoquent un impact sensible des turbulences financières actuelles sur le secteur du luxe. "La Russie, l'Inde et la Chine représentent une part très importante de l'activité du luxe et un tiers des produits de luxe iront vers ces marchés dans les dix ans à venir."

Arnault a également cité les Etats-Unis parmi les pays où un accroissement des ventes de luxe était possible.
"Pour nous (l'industrie du luxe), les Etats-Unis constituent un potentiel inexploité massif", estime encore le PDG de LVMH. "L'Amérique du Nord ne représente que 16% des ventes mondiales du luxe. Nous avons l'ambition d'aller plus loin."

Les trois principaux marchés de l'industrie du luxe sont les Etats-Unis, le Japon et la Chine. Mais l'Inde, les pays du Moyen-Orient et certains pays d'Amérique du sud recèlent également d'un potentiel significatif pour les industriels du luxe.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.