Un salarié de Total licencié pour avoir refusé de partir au Nigéria

 |   |  300  mots
Le technicien français, marié et père de deux enfants, craignait des risques d'enlèvement pour sa famille. Le groupe pétrolier assure que la sécurité de ses salariés "est assurée" au Nigéria, tout en confirmant l'enlèvement de l'un d'eux.

Licencié pour avoir refusé un poste de responsable géologue sur un site pétrolier de Total au Nigeria: tel est le sort qui vient d'être réservé à un technicien de 45 ans, marié et père de deux enfants, employé du groupe pétrolier depuis 1992. Affecté jusque-là sur le site de Total à Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques, l'homme a été licencié le 3 août après avoir refusé à trois reprises sa mutation au Nigeria. Il craignait des risques d'enlèvement pour sa famille.

Pour ce salarié, la dégradation des conditions de sécurité dans ce pays d'Afrique est incompatible avec sa situation familiale. Depuis 2006, environ 200 personnes expatriées au Nigeria, principalement des travailleurs du pétrole, ont été kidnappées dans la région de Port-Harcourt. Elles ont été, dans la majorité des cas, relâchées après paiement d'une rançon. Le 2 août, Total a confirmé qu'un de ses employés avait été enlevé dans cette région du Nigeria.

Pourtant le groupe pétrolier, qui emploie 1.200 personnes au Nigeria, dont 900 sont des locaux, affirme que la sécurité de ses salariés "est assurée à Lagos", la capitale du Nigeria, et que la sécurité reste la "première priorité du groupe".

Dans la lettre de licenciement adressée au technicien, la direction de Total affirme que le "refus d'accepter une mobilité géographique à échéance d'un an vers le Nigeria constitue une violation (des) obligations contractuelles" de ce salarié, indique l'AFP. En conséquence, la direction déclare être "contrainte de procéder à (son) licenciement".

Total estime avoir fait tout son possible "pour trouver un compromis" avec le technicien. Les syndicats du groupe estiment pour leur part que les missions dans ces pays à risque doivent se faire sur "la base du volontariat".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :