Bernard Thibault appelle les syndicats à la vigilance sur le service minimum

Le secrétaire général de la CGT a rencontré mardi matin Nicolas Sarkozy pendant plus d'une heure. Il a insisté sur l'attachement de la CGT "aux conditions d'exercice du droit de grève". Le projet de loi-cadre devrait être examiné par le Parlement en juillet.

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, a appelé mardi les syndicats à rester "vigilants" lors de la rédaction du projet de loi-cadre sur le service minimum voulue par Nicolas Sarkozy. Reçu avec une délégation de la CGT pendant plus d'une heure à l'Elysée, dans le cadre de rencontres bilatérales entre le chef de l'Etat et les syndicats et organisations d'employeurs, le leader syndical a affirmé y voir "plus clair" sur le projet des pouvoirs publics concernant le service minimum dans les transports. Mais il réserve son avis définitif sur le projet de l'exécutif en attendant d'avoir connaisance du texte de loi lui-même.

"Le président de la République nous a dit qu'il n'avait pas l'intention de remettre en cause les conditions d'exercice du droit de grève. Il ne veut pas de procès d'intention" sur le sujet, "nous n'avons pas de raison de ne pas le suivre" et de le soupçonner du contraire, a affirmé le leader de la CGT. Mais ce dernier a profité de sa rencontre avec le chef de l'Etat pour "réinsister" sur l'"attachement" de la CGT "aux conditions d'exercice du droit de grève telles qu'elles sont régies par les textes actuels". "Nous avons dit que nous n'accepterions pas une révision dans ces domaines. L'avenir nous dira si nous allons vers une compréhension ou une incompréhension sur ce sujet", a insisté le secrétaire général de la CGT.

Le syndicat est aujourd'hui dans l'expectative. "Nous serons très attentifs sur la rédaction" du projet de loi-cadre sur le service minimum, a souligné son secrétaire général, indiquant que le gouvernement déposera le texte à l'Assemblée nationale "en juillet". "Ce sont les textes qui vont nous permettre de vérifier dans les actes qu'ils sont bien conformes au dialogue", a rappelé Bernard Thibault, ajoutant un bémol aux commentaires plutôt positifs des organisations syndicales reçues vendredi dernier, notamment Force ouvrière (FO).

Le dirigeant de la CGT a confirmé que le projet de loi-cadre sur le service minimum dans les transports comporterait deux volets, l'un instaurant des "procédures plus précises pour prévenir les conflits" dans les entreprises de transport sur le modèle des "alarmes sociales", l'autre incitant autorités publiques locales et entreprises à "mieux définir les services assurés" par les non-grévistes en cas de grève.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.