Hôpitaux : les urgentistes menacent de durcir leur grève

Les médecins urgentistes, qui ont entamé lundi un mouvement de grève sans répercussion sur les malades jugent insuffisantes les propositions du gouvernement.

Les urgentistes hospitaliers menacent de durcir en janvier une grève illimitée entamée lundi, sans conséquences pour les patients, pour obtenir la rémunération d'heures supplémentaires impayées depuis des années et davantage de moyens pour l'hôpital.

Les représentants des grévistes ont jugé "insuffisantes" des propositions faites lundi par la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, au cours d'une visite aux urgences de l'hôpital Saint-Antoine, à Paris.

Mme Bachelot a indiqué qu'une "concertation" sur les 23 millions d'heures supplémentaires et 3,5 millions de jours de RTT impayés à l'ensemble des salariés des hôpitaux, "soit 800 à 900 millions d'euros", s'ouvrirait le 7 janvier. Elle a ajouté disposer de 572 millions d'euros, dont 324 fournis par les hôpitaux eux-mêmes.

"Nous avons l'argent, mais il y a un certain nombre de modalités à préciser", a-t-elle déclaré, ajoutant que participeraient à ces rencontres des organisations syndicales représentant l'ensemble des salariés des hôpitaux.

Cependant, selon la ministre, certaines "organisations du personnel souhaiteraient non pas recevoir de l'argent mais acquérir des points de retraite".

Présent pendant la visite, Patrick Pelloux, urgentiste à Saint-Antoine et président de l'Amuf, l'un des syndicats appelant à la grève, a contesté les chiffres fournis par Mme Bachelot. "Il y a un certain nombre de représentants des directions qui sont là. Il sont très étonnés, l'argent n'a pas été provisionné, on ne sait pas où il est", a-t-il déclaré.

Il a également rappelé d'autres revendications, comme la revalorisation de la garde, payée 450 euros quand elle est réalisée par un médecin à statut "hospitalo-universitaire", 250 quand c'est un urgentiste et 150 euros quand il s'agit d'un médecin libéral qui est en outre rémunéré pour chaque acte accompli (un seul acte pouvant atteindre 80 euros un dimanche), selon l'Amuf.

Affirmant ne "rien" attendre de la visite de la ministre, M. Pelloux a estimé que "si le gouvernement ne montre pas de signes de dialogue (...), après le 1er janvier on ne répondra probablement pas aux assignations".

La grève entamée lundi, suivie à 100% dans les Samu et à 80% dans les hôpitaux, selon l'Amuf, n'a aucune conséquence pour les patients, car les grévistes sont "assignés" et travaillent tout en étant comptabilisés comme grévistes.

Un durcissement de la grève n'entraînerait pas non plus de conséquences pour les patients se rendant aux urgences ou faisant appel aux Samu. Mais il pourrait en avoir sur certaines interventions médicales ou chirurgicales "programmées", du fait de l'affectation provisoire aux urgences de médecins d'autres services.

De son côté, Nicolas Sarkozy a déclaré lundi que la réforme et le financement des hôpitaux seraient l'une des priorités de l'année 2008. Le chef de l'Etat, qui a visité pendant environ une heure l'hôpital parisien Necker, a affirmé que "en 2008, la question de la gouvernance des hôpitaux, des moyens de l'hôpital et de la carte hospitalière sera une question prioritaire".

"Je consacrerai tous mes efforts, toutes mon énergie, à donner à l'hôpital les moyens de son développement et de son ambition, à donner aux personnels la rémunération naturelle qu'ils méritent en fonction des efforts qui sont les leurs et qui sont grands", a-t-il ajouté.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.