Villepin veut en finir avec les campements de sans-abri

 |   |  341  mots
Le Premier ministre a promis dimanche qu'une "solution" serait trouvée "dans les prochaines heures" pour les personnes dormant sous les tentes installées par l'association Les Enfants de Don Quichotte. Le projet de loi sur le droit au logement opposable prévoit que "toute personne résidant régulièrement sur le territoire national a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables de logement".

A quatre mois de l'élection présidentielle, le thème du logement s'est bel et bien installé au centre de l'agenda politique. Invité sur Canal+ dimanche, le Premier ministre a annoncé que le gouvernement allait apporter "dans les prochaines heures" une "solution" pour les personnes dormant sous les tentes installées depuis le 16 décembre par l'association Les Enfants de Don Quichotte. Afin de mettre fin aux campements à Paris et dans près d'une dizaine de villes de province, Dominique de Villepin a promis d'apporter "des réponses ponctuelles en liaison avec les collectivités", invitant "chacun à y mettre un peu du sien", mais sans plus de précision.

Le chef du gouvernement a rappelé son annonce mercredi d'un projet de loi pour rendre le droit au logement "opposable", c'est-à-dire pouvant faire l'objet d'un recours en justice. Les personnes les plus en difficulté en bénéficieraient dès fin 2008, et le reste des personnes mal logées en 2012. "Il y a en gros 20.000 SDF en France, il y a environ 100.000 (personnes) qui sont dans des logements insalubres, inacceptables", a affirmé le Premier ministre. Ces chiffres sont très en-deça de ceux avancés par les associations : la Fondation Abbé Pierre estime qu'il y a en France 3,2 millions de personnes sans logement ou mal logées.

Le gouvernement a transmis jeudi au Conseil d'Etat son projet de loi sur le logement opposable, qui doit être présenté le 17 janvier en Conseil des ministres. Selon ce projet de loi, révèle Libération, toute personne résidant régulièrement sur le territoire national dont les ressources sont insuffisantes ou qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental ou de sa situation sociale, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables de logement". Le droit opposable sera accessible à partir du 31 décembre 2008 aux personnes pas ou mal logées puis, à partir du 1er janvier 2012, à tous les demandeurs d'un logement social victimes de délais "anormalement long".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :