La consommation américaine résiste pendant les fêtes de fin d'année

Selon le cabinet d'études économiques Spending Pulse, l'activité du secteur de la distribution a progressé de 3,6%, soit le bas de la fourchette prévue par les analystes. Une nouvelle fois, la hausse des ventes sur Internet est la plus dynamique.

Après une année éprouvante pour l'économie et les ménages américains, les résultats des ventes de fin d'année étaient particulièrement attendus. Crise immobilière et durcissement de l'octroi du crédit suite à la crise du "subprime", puis hausse des prix à la consommation, notamment pour les carburants et les produits alimentaires, laissaient planer le doute sur la consommation des ménages en cette fin d'année. Il n'en fut rien même si la hausse de 3,6% se place dans le bas de la fourchette, comprise entre 3,5 et 4%, annoncée par les analystes de Spending Pulse, cabinet d'études économiques de MasterCard.

La période étudiée courait du lendemain de Thanksgiving (22 novembre) au 24 décembre inclus, soit 32 jours ouvrés contre 31 en 2006. La hausse de 30% de l'essence depuis fin 2006 pèse fortement sur les dépenses, qui ne progressent que de 2,4% en l'excluant. Le fait notable dans cette période de fin d'année concerne la hausse des ventes sur Internet qui atteint cette année 22,4%. Le luxe affiche également une belle hausse de 7,1%, mais sans prendre en compte la joaillerie qui entraîne en fait le secteur dans une baisse de 1,9%. L'électronique grand public reste dans la moyenne avec une hausse de 2,7%, et la confection pour homme se démarque, avec une hausse de 2,3%, de la confection féminine qui baisse de 2,4%.

Par ailleurs, le Conseil International des Centres Commerciaux (ICSC) publie les chiffres des ventes des chaînes de magasins aux Etats-Unis, qui viennent corroborer les résultats de Spending Pulse. Selon l'ICSC, les ventes ont progressé de 2,8% au cours de la semaine précédant Noël, close le 22 décembre, après une hausse de 1,4% la semaine précédente. Pour Michael Niemira, chef économiste de l'ICSC, ce sursaut tardif compense les faibles performances du début de mois, et laisse présager une hausse des ventes légèrement inférieure à 2,5% au cours de la période novembre-décembre.

Les résultats de la dernière semaine de décembre sont également attendus avec impatience puisque celle-ci permit en 2006 de réaliser 16% du chiffre d'affaires de la période. L'accélération des ventes observée au cours des deux dernières semaines avant Noël, et le poids commercial croissant de la semaine suivante, se confirment depuis quelques années. Après avoir atteint un chiffre d'affaire de 58 milliards de dollars l'an dernier sur les ventes de fin d'année, les analystes de Spending Pulse pensent que les 60 milliards seront dépassés.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.