Natixis : la Bourse craint de nouveaux engagements liés à la crise du "subprime"

La banque de gros des Banques Populaires et de la Caisse d'Epargne affiche au troisième trimestre 2007 un produit net bancaire en recul de 17% à cause de la crise financière dont l'impact sur ses comptes est estimé à 407 millions d'euros. Son résultat net hors élements exceptionnels a baissé de 38% à 240 millions d'euros. C'est plus que prévu. Le titre a perdu 4,77%.

Natixis a choisi d'anticiper la publication de ses résultats. Quatre jours plus tôt que prévu, la Banque a publié en fin de journée dimanche ses comptes au titre du troisième trimestre. Ils font apparaître un résultat net part du groupe en hausse de 16% à 437 millions. Mais cette progression est uniquement dûe à la plus value tirée de la vente du siège parisien, rue Saint Dominique à Paris. Hors résultats exceptionnels, le profit recule de 38% à 240 millions d'euros.

Bien évidemment la crise du subprime a été pénalisante pour Natixis. Les résultats du troisième trimestre font apparaître que "l'impact de la crise a été concentré essentiellement sur quelques activités de la banque de financement et d'investissement (titrisation et compte propre) et l'activité de rehaussement de crédit exercée par CIFG", dont la cession sera effective avant le 31 décembre, indique la filiale commune aux groupes Caisse d'Epargne et Banque Populaire.

CIFG, sa filiale américaine spécialisée dans le rehaussement de crédit, très exposée aux retombées de la crise du "subprime"a dû être recapitalisée en urgence par les deux actionnaires de Natixis après que l'agence de notation Fitch eut menacé de dégrader sa note. Les Banques Populaires et la Caisse d'Epargne se sont également engagées à la racheter à Natixis.

La crise du subprime a pesé sur le produit net bancaire qui enregistre un recul de 17% à à 1,36 milliard d'euros. L'impact de la crise du crédit sur son activité est estimé à hauteur de 407 millions d'euros. Sans surprise, c'est la banque de financement et d'investissement qui a payé le plus lourd tribut à la crise, avec un bénéfice net qui recule à 81 millions d'euros, contre 209 millions un an plus tôt. En revanche, le pôle gestion d'actifs enregistre une bonne performance puisque son bénéfice après impôt a progressé de 22% et s'élève à 64 millions d'euros.

Le résultat d'exploitation de la banque affiche un recul plus lourd. De 399 millions d'euros au troisième trimestre 2006, il a fondu de 46% en un an pour s'établir à 217 millions d'euros.

Après avoir gagné près de 20% en deux séance la semaine dernière (jeudi et vendredi), le titre Natexis a perdu 4,77% à 12,97 euros. Il est vrai que les résultats hors élements exceptionnels sont décevants. Le résultat net courant (hors plus-values tirées de la vente du siège) "ressort à 240 millions d'euros alors que nous attendions 382 millions d'euros", a commenté le courtier Bear Sterns. De plus, les difficultés pourraient être plus importante encore qu'annoncées, car "d'autres provisions comptables risquent d'être annoncées dans un futur proche", avertit par ailleurs le courtier américain.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.