Tchernobyl : le consortium français Bouygues-Vinci construira le sarcophage

 |   |  211  mots
Le consortium victorieux, baptisé Novarka, est mené par Bouygues Travaux Publics et Vinci Construction Grands Projets. La BERD financera les trois quarts de ce projet estimé à 490 millions d'euros.

C'est le consortium français Novarka, mené par Bouygues Travaux Publics et Vinci Construction Grands Projets, qui a remporté l'appel d'offres pour la construction d'un nouveau sarcophage pour le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl.
.
"La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a désigné le consortium français Novarka vainqueur de l'appel d'offres pour la construction d'un nouveau sarcophage au-dessus du quatrième réacteur de la centrale de Tchernobyl", a en effet annoncé mardi soir le ministre ukrainien des Situations d'urgence, Nestor Choufritch, cité par le site de son ministère.

Le contrat sera signé entre le 14 et le 24 septembre. Selon l'agence russe Ria Novosti, le projet de Novarka est chiffré à 490 millions d'euros. Le ministère ukrainien des Situations d'urgence précise que la BERD a octroyé 330 millions.

Le sarcophage actuel, censé isoler et enfermer le réacteur numéro 4 qui avait explosé le 26 avril 1986, (du temps de l'URSS) contaminant l'Ukraine, le Bélarus (Biélorusse) et la Russie mais aussi une bonne partie de l'Europe, y compris la France - notamment la Corse - malgré les démentis lénifiants des autorirés de l'époque, commence à être en piteux état, selon certains observateurs. Un nouveau sarcophage s'impose.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :