Apple lance la vente de son dernier né l'iPhone

L'iPhone, premier téléphone portable d'Apple, sera mis en vente ce vendredi aux Etats-Unis. La marque à la pomme espère en vendre dix millions d'exemplaires l'an prochain, surfant notamment sur le succès de son baladeur numérique iPod.

Six ans après la sortie de l'iPod, succès planétaire avec plus de 100 millions d'exemplaires écoulés, Apple se lance dans un nouveau défi avec la mise en vente ce vendredi soir de son premier téléphone portable, baptisé iPhone. Bien plus cher que ses concurrents, avec un prix de 499 dollars (4 Gigaoctets de mémoire) ou 599 dollars (8 Go), ce dernier devrait pourtant rencontrer un franc succès dès son lancement. "Je serais vraiment déçu s'il n'y avait pas de pénurie", a ainsi déclaré Randall Stephenson, PDG d'AT&T, opérateur exclusif de l'iPhone pour les cinq prochaines années.

Commercialisé dans les 162 magasins Apple Store et les 2.000 boutiques du réseau AT&T, dès vendredi soir à partir de 18h, l'iPhone s'accompagnera d'un engagement de deux ans auprès d'AT&T. Le forfait de base s'établit à 59,99 dollars par mois (45 euros) pour 450 minutes de communication et 200 SMS. "Nous voulions des offres simples et abordables qui permettent aux consommateurs de profiter de tous les avantages de l'iPhone", a commenté Michael Coe, porte-parole de l'opérateur téléphonique.

L'iPhone combine les usages d'un téléphone mobile et d'un baladeur numérique, capable de lire les fichiers audio et vidéo. Relié à Internet, il permettra à ses utilisateurs de consulter leurs mails et d'accéder à des services en ligne, comme Google Maps ou YouTube. Steve Jobs, le patron d'Apple, espère en écouler 10 millions d'exemplaires l'année prochaine, ce qui représenterait 1% du marché mondial des téléphones portables.

Pour y parvenir, l'iPhone pourra compter sur un effet de mode et sur le prestige de la marque à la pomme, dans le sillage de l'iPod, qui pourraient compenser à eux seuls le différentiel de prix. Son design et son écran tactile grand format devraient faire le reste. A tel point que les analystes se montrent encore plus optimistes. Caris table sur 22 millions d'unités vendues l'an prochain et 37,5 millions en 2009. Jaffray place la barre encore plus haut avec 45 millions d'unités en 2009.

Wall Street n'est pas resté insensible à ces promesses. Depuis sa présentation le 9 janvier dernier, l'iPhone a ainsi fait le bonheur des actionnaires d'Apple. Le titre du géant américain, coté sur le Nasdaq, a gagné près de 40% pour atteindre de nouveaux records historiques autour des 120 dollars. Plusieurs experts ont relevé la semaine dernière leurs objectifs de cours, à l'image d'UBS de 133 à 160 dollars et de Piper Jaffray de 140 à 160 dollars.

Avec le lancement de l'iPhone, Apple devrait donc poursuivre son exceptionnel redressement, initié par la sortie en 1998 de l'iMac et définitivement confirmé par le succès de l'iPod depuis fin 2001. Au deuxième trimestre de l'année, clos le 31 mars dernier, la marque à la pomme a ainsi réalisé un chiffre d'affaires de 5,3 milliards de dollars et un bénéfice net de 770 millions de dollars, en hausse de 88%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.