Attentat de Glasgow : chute des valeurs liées à l'aviation et aux voyages

Au surlendemain de l'attentat contre l'aéroport de Glasgow, les deux principales agences de voyages britanniques ainsi que British Airways chutent à la Bourse Londres. Sept personnes ont été arrêtées.

Après l'attentat de Glasgow, les valeurs liées au voyage et à l'aviation chutent, lundi 2 juillet, à la Bourse de Londres. Thomas Cook Group, l'un des principaux voyagistes, perdait 4,6% à 309,25 pence. First Choice Hollydays, son concurrent, chutait de 6% à 300 pence. Les compagnies aériennes britanniques suivaient le même mouvement. British Airways glissait de 2,3% à 409 pence et EasyJet laissait 1,5% à 517 pence. Cette inquiétude pesait aussi sur les valeurs non-britanniques. Le groupe allemand de tourisme TUI perd 1,46% tandis qu'Air France KLM abandonne 1,47%.

Sur le front policier, la police a confirmé l'arrestation de sept personnes, dont un chirurgien jordanien, travaillant dans un hôpital du Nord-ouest de l'Angleterre. Celui-ci, ainsi que sa compagne, ont été arrêtés samedi soir, 30 juin 2007, près de Liverpool. Il est présenté par la presse britannique comme le cerveau de l'opération. Deux jeunes hommes ont été arrêtés lundi. Un autre homme était appréhendé dans la ville du nord de l'Angleterre, dimanche. Le conducteur de la voiture et son passager, qui ont percuté le terminal de Glasgow, ont été arrêtés par les témoins et livrés à la police. Le Premier ministre britannique Gordon Brown et le Premier ministre écossais ont laissé entendre dimanche 30 juin 2007 que les auteurs étaient "liées à Al-Qaïda". L'attentat n'a pour l'instant pas été revendiqué.

Une "menace terroriste constante et grave" plane sur le Royaume-Uni, selon les mots du nouveau Premier ministre, Gordon Brown. Ces déclarations interviennent après l'attentat de samedi 30 juin 2007 contre l'aéroport de Glasgow et la découverte, la veille, de deux véhicules suspects bourrés d'explosifs, de bombonnes de gaz et de clous, dans des lieux touristiques de Londres. Ces événements seraient liés, selon les services de police britannique. Le niveau d'alerte a d'ailleurs été relevé à son niveau maximum en Grande-Bretagne. En effet, les services de sécurité pensent qu'un autre attentat est "attendu de manière imminente", a déclaré la nouvelle ministre de l'intérieur Jacqui Smith.

Dimanche, les vols au départ et à l'arrivée de l'aéroport de Glasgow reprenait après leur suspension samedi. L'aéroport de Liverpool a été fermé samedi soir. Les mesures de sécurité ont été renforcées dans plusieurs aéroports britanniques, dont Heathrow, Stansted, Gatwick et Newcastle. La sécurité a aussi été renforcée dans les rues et au stade de Wembley où doit se dérouler un grand concert pour l'anniversaire des 10 ans de la mort de la princesse Diana. le gouvernement australien a mis en garde ses ressortissants voyageant en Grande-Bretagne.

Dans les aéroports américains, la sécurité a aussi été renforcée, notamment par une présence policière accrue. Toutefois, selon les autorités américaines, aucune indication précise d'attentats n'est connue.

L'attentat de Glasgow a été provoqué par une voiture qui a percuté le principal terminal de l'aéroport de Glasgow et a pris feu. Cet attentat n'aurait fait aucune victimes, mais les dégâts seraient "considérables", selon un responsable aéroportuaire.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.