Les deux Corées avancent sur le chemin de la paix

 |   |  428  mots
Contre toute attente, le sommet intercoréen qui s'est achevé ce jeudi a permis des avancées entre deux pays toujours théoriquement en guerre.

La réunion fut fructueuse. Les deux Corées sont convenues ce jeudi de bâtir un régime de paix permanent dans la péninsule, que divise depuis 1953 la dernière frontière héritée de la Guerre froide. Les observateurs estiment toutefois que la portée de cet engagement, pris à Pyonyang à l'occasion du second sommet intercoréen en plus d'un demi-siècle, sera limitée par les résistances à l'ouverture du régime communiste reclus du Nord.

"La Corée du Nord et la Corée du Sud partagent l'idée qu'elles doivent mettre fin à l'armistice actuel et bâtir un régime de paix permanent", affirment conjointement Kim Jong-il et Roh Moo-hyu à l'issue de leur sommet de trois jours. Les deux dirigeants annoncent qu'ils vont engager le mois prochain des pourparlers avec la Chine et les Etats-Unis en vue de mettre officiellement un terme à la guerre de 1950-53, qui s'est achevée par un simple armistice.

Le président américain Bush a d'ores et déjà fait savoir que Washington étudierait la possibilité de négocier un traité de paix si le régime de Pyongyang démantelait son programme nucléaire militaire. La Corée du Nord a précisément annoncé mercredi qu'elle acceptait de démanteler son réacteur de Yongbyon et rendre compte de ses autres activites nucléaires avant la fin de l'année dans le cadre d'un accord conclu à six: Corée du Nord, Corée du Sud, Etats-Unis, Chine, Russie et Japon.

Les deux Corées sont convenues par ailleurs d'établir leur première liaison ferroviaire de fret depuis la fin de la guerre et de développer une concertation au niveau gouvernemental, notamment dans le domaine de la défense.
Elles ont décidé en outre de mettre en place une zone de coopération dans un secteur litigieux de leur frontière maritime occidentale, en mer Jaune.

Le sommet s'est déroulé dans un climat relativement froid. L'accueil réservé par Kim à Roh a paru plutôt renfrogné et les deux hommes ne sont apparus ensemble qu'à de rares occasions. Le porte-parole de Roh a assuré que la rencontre "ouvrirait un nouvel horizon entre le Nord et le Sud". De source sud-coréenne, on reconnaît toutefois que les relations bilatérales ne pourront s'améliorer que progressivement. Le fossé reste béant entre le Nord paupérisé, isolé et crispé sur lui-même, et un Sud prospère devenu la treizième économie mondiale, avec des industries en pointe dans plusieurs secteurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :