Régimes spéciaux : la réforme mise en chantier avant la fin de l'année

 |   |  329  mots
Le gouvernement est sur le point de publier un décret sur le sujet, comme La Tribune l'a révélé lundi. Le président de la Réublique devrait aborder la question des régimes spéciaux de retraite devant l'Association des journalistes de l'information sociale le 18 septembre.

Le gouvernement prépare un décret sur la réforme des régimes spéciaux, qui pourrait être mise en chantier avant la fin de l'année alors qu'une nouvelle réforme des retraites est prévue pour 2008. Cette information, révélée par La Tribune lundi, a été confirmée jeudi par François Chérèque, secrétaire général de la CFDT. Pour autant, le leader syndical a indiqué qu'il "ne savait pas ce qu'il y avait dedans". La présidente de la Caisse nationale d'assurance vieillesse Danièle Karniewicz (CFE-CGC), interrogée par l'AFP, pense pour sa part que le gouvernement prépare "un texte-cadre", fixant dès maintenant "des lignes de conduite" pour les négociations dans les secteurs concernés.

Les régimes spéciaux avaient été épargnés par la loi Fillon de 2003, qui a aligné la durée de cotisation des fonctionnaires pour une retraite à taux plein sur les 40 années en vigueur pour les salariés du privé. Or, cette
loi prévoit un "grand rendez-vous" en 2008, pour envisager notamment une nouvelle augmentation de la durée de cotisation, à 41 ans en 2012. Il semblait acquis que la question des régimes spéciaux serait abordée à cette occasion. Mais le gouvernement pourrait donc bousculer ce calendrier.

Le discours que doit prononcer Nicolas Sarkozy le 18 septembre devant l'Association des journalistes de l'information sociale (Ajis), au cours duquel il sera beaucoup question des régimes spéciaux selon Danièle Karniewciz, est donc très attendu. Les syndicats de cheminots, qui ont vivement réagi jeudi à la perspective d'un décret et qui sont aussi mobilisés sur l'avenir du fret à la SNCF, ont annoncé mercredi qu'ils se réuniraient le 19 septembre, au lendemain du discours présidentiel, pour décider d'éventuelles actions. Bernard Thibault, le secrétaire général de la CGT, a pour sa sa part agité mercredi le spectre des grèves de novembre-décembre 2005.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :