Iran : Paris veut convaincre l'UE de prendre des sanctions

 |   |  421  mots
Bernard Kouchner a écrit aux ministres européens des Affaires étrangères pour qu'ils examinent la possibilité de nouvelles sanctions contre l'Iran sans attendre une résolution de l'ONU. La tension monte entre Paris et Téhéran.

La France semble bien décidée à prendre l'initiative sur le dossier du nucléaire iranien. Mercredi 3 octobre, l'agence Reuter a annoncé que Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, a écrit à ses collègues européens pour les exhorter à alourdir les sanctions contre l'Iran et cela sans attendre une nouvelle résolution de l'Onu.

"Si nous voulons parvenir avec Téhéran à obtenir une solution négociée, nous ne pouvons pas attendre sans réagir face au fait accompli iranien. Il en va de notre responsabilité et de notre crédibilité", peut-on ainsi lire dans ce courrier dont Reuters a eu copie. Pour Paris, il serait donc temps d'ajouter "de nouvelles entités, en particulier dans le domaine bancaire et de nouveaux individus aux listes européennes de gel des avoirs et d'interdiction de visa".

Dans cette lettre, le ministre français explique aussi pourquoi il souhaite que l'Union européenne agisse sans passer par l'ONU où les négociations prendraient du temps en raison "des positions de certains de [nos] partenaires", c'est-à-dire la Russie et la Chine qui sont jusqu'à présent fermement opposées à de nouvelles sanctions. "C'est pourquoi, parallèlement aux négociations pour une nouvelle résolution du Conseil de sécurité, qui doivent se poursuivre, je propose que nous commencions dès à présent à explorer ensemble la possibilité de nouvelles mesures européennes. Nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre l'adoption de cette résolution pour aller de l'avant", a ajouté le ministre français pour qui il faut absolument éviter que "la communauté internationale soit un jour confrontée à une alternative désastreuse entre l'acquisition par l'Iran de l'arme nucléaire et une intervention militaire pour l'en empêcher".

Cette lettre va certainement alourdir le climat entre Paris et Téhéran. Déjà, mercredi matin, selon l'agence iranienne Fars, le chargé d'affaires français à Téhéran a été convoqué au ministère des Affaires étrangères pour se voir notifier une protestation à la suite des propos de Bernard Kouchner tenus quelques heures plus tôt sur les ondes d'Europe 1. Pour ce dernier, "tous" les actes des Iraniens inciteraient les experts "à penser qu'ils se dirigent, possiblement, vers la bombe nucléaire et pas le nucléaire civil auquel ils ont absolument droit". Une accusation régulièrement rejetée par l'Iran. Pour mémoire, le chef de la diplomatie française avait provoqué de nombreux remous sur la scène internationale en évoquant, à la mi-septembre, la possibilité d'une "guerre" contre l'Iran.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :