Guy Roux relance le débat sur l'emploi des seniors

 |   |  334  mots
La polémique autour de l'âge de Guy Roux, trop vieux pour occuper le poste d'entraîneur du Racing Club de Lens, a pris une tournure politique après les interventions de Nicolas Sarkozy et de Christine Lagarde. Pour la ministre de l'Economie, il "faut réfléchir" à la suppression des limites d'âge à l'emploi.

L'emblématique Guy Roux n'est pour l'heure toujours pas officiellement l'entraîneur du Racing Club de Lens. La Ligue de football professionnel a en effet refusé, jeudi, d'homologuer son contrat au motif qu'il dépasse l'âge limite de 65 ans, fixé par les textes de la fédération. "La Commission juridique n'a pas voulu homologuer mon contrat d'entraîneur en fonction d'un article de la Charte qui crée une discrimination par l'âge et qui est contraire à la loi républicaine et contraire à la loi européenne", a réagi l'ancien entraîneur d'Auxerre.

L'affaire Guy Roux a pris jeudi une tournure politique avec les interventions de Nicolas Sarkozy et de Christine Lagarde. Le président de la république "considère que c'est plus la règle qui est vieille que Guy Roux", a rapporté le porte-parole de l'Elysée. De son côté, la ministre de l'Economie estime qu'il est "stupide de dire à quelqu'un de bon et de compétent: "vous ne pouvez pas travailler parce que vous êtes trop vieux". Ces limites d'âge, ces barres fatidiques, il faut réfléchir pour les supprimer".

Alors que le gouvernement cherche à favoriser l'emploi des seniors, Guy Roux se voit donc propulsé au rang de symbole dans cette lutte pour changer le regard du monde du travail sur les seniors. "Le seul handicap aujourd'hui des plus de cinquante ans dans l'entreprise, c'est le regard qu'on porte sur eux", estimait, en juin 2006, Jean-Louis Borloo, alors ministre délégué à l'Emploi, lors de la présentation du plan national d'action concerté pour l'emploi des seniors.

Avec à peine 38% des seniors (55-64 ans) qui occupent un emploi, la France fait partie des mauvais élève de l'Union européenne et reste bien loin de l'objectif fixé en 2001 lors du sommet de Stockholm: un taux d'emploi de 50% sur cette tranche d'âge à l'horizon 2010. Adepte de la publicité, Guy Roux serait, pourquoi pas, l'ambassadeur idéal d'une future campagne publicitaire pour vanter les mérites des seniors.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :