La Chine augmente à nouveau ses taux d'intérêts pour empêcher la surchauffe

 |   |  278  mots
Pour tenter de freiner l'inflation, la Banque centrale chinoise a décidé de relever pour la sixième fois de l'année ses taux d'intérêts. Une mesure qui vise à mieux encadrer le crédit et empêcher la surchauffe.

Et de six. Pour tenter de freiner son inflation galopante qui est sa priorité économique pour les mois à venir, la Chine a relevé aujourd'hui ses taux d'intérêts, pour la sixième fois de l'année.

Dans un communiqué publié sur son site Internet, la Banque centrale a annoncé une hausse à partir de demain de 18 points de base des taux sur les prêts, portés à 4,14% pour les prêts à un an, et de 27 points de base sur les dépôts, relevés à 7,47% (un an).

La Banque centrale a précisé que la mesure visait à mieux encadrer le crédit et empêcher la surchauffe. Elle avait pareillement justifié les précédentes hausses, dont les deux dernières en août et septembre, par la nécessité de renforcer le contrôle du crédit, d'avoir une croissance raisonnable des investissements et "stabiliser les prévisions d'inflation".

Celle-ci inquiète les autorités, alors que l'indice des prix à la consommation entre janvier et novembre a augmenté de 4,6%. En novembre, l'indice a été au plus haut depuis près de 11 ans, à +6,9%. L'augmentation plus importante des taux sur les dépôts vise précisément à compenser les effets de l'inflation.

Les investissements en capital fixe dans les zones urbaines de Chine ont pour leur part progressé de 26,8% sur un an entre janvier et novembre. Les analystes estiment que la hausse des taux permet de freiner l'inflation en resserrant l'approvisionnement monétaire et en diminuant les prêts bancaires.

Cela aura pour conséquence de diminuer les investissements, notamment dans les secteurs où des bulles sont en cours de constitution, comme la Bourse ou le marché immobilier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :