La mauvaise météo estivale plombe Paris-Plages mais profite au cinéma

Le temps n'a guère été clément pour les vacanciers cet été dans l'Hexagone. Ils ont du s'adapter. Les chiffres des fréquentations en témoignent.

C'est peu dire que l'été aura été pourri, mis à part sur la Cote d'Azur et en Corse. Certes, chaque vacancier a réussi à voler quelques heures de soleil par ci par là, histoire de ne pas revenir avec le visage blanc comme un cachet d'aspirine et de ne pas apparaître comme le "loser" de la météo estivale.

Mais force est de reconnaître - et les cartes publiées samedi par le journal Le Parisien Aujourd'hui en France en témoignent - que le temps n'aura guère été clément cet été pour les vacanciers -et même pour ceux qui sont restés à Paris par exemple où on se serait cru en automne (pauvres touristes !).

Du coup, l'opération Paris Plages confrontée à des températures frisquettes et à de fréquentes gouttes de pluie, affiche un bilan médiocre avec vingt jours de mauvais temps et dix jours de bons (donnée toutefois très relative). Les réticences de la Mairie de Paris à donner un bilan complet semblent indiquer que celui-ci est inférieur aux 3,8 millions de visiteurs recensés à l'été 2006.

Les quelques chiffres disponibles ne le sont qu'activité par activité. Ainsi, la baignade dans la piscine et l'aquagym ont bu le bouillon (5340 pratiquants contre 12.000 l'année précédente). Les jeux de sable se sont tassés (4500 utlisateurs contre 6700 un an avant). La pétanque, moins sensible à la témpérature, emporte la partie avec 37.000 joueurs contre 27.000 en 2006. La bibliothèque aussi a fait le plein, on passe de 1000 à 2600 livres prêtés.

Le parvis de l'hôtel de ville qui proposait beach-volley, badminton et rugby a connu un réel succès avec 21.000 visiteurs. L'histoire ne dit pas s'il s'agit des mêmes qui viennent faire là du patin à glaces l'hiver lorsque le lieu se transforme en patinoire géante.

Comme à Paris, les chiffres des vacances dans toute la France témoignent d'ailleurs de la nécessaire adaptation dont ont du faire preuve les estivants. Selon l'étude du cabinet Protourisme, publiée par le Journal du Dimanche, le nombre de nuitées marchandes dans les hôtels, campings et locations est en baisse de 3 % en juillet-août en France par rapport à l'été 2006. La montagne connaît une chute de 6 % alors que les villes et la côte méditerranéenne sont en légère hausse (respectivement +2 % et +3 %).

Pas étonnant dès lors que les ventes de glaces ou de maillots de bain soient en berne alors que celles de pulls, polaires voire parapluies ont le sourire.

Et pour ne pas éviter la pluie idiots, les estivants ont plébiscité cet été les musées et les cinémas. On ne dispose pas encore des chiffres d'août mais en juillet, la fréquentation des salles obscures a bondi de 58% avec 16,05 millions d'entrées contre 10,17 millions un an plus tôt. C'est ce qu'a indiqué vendredi le Centre national de la cinématographie (CNC) dans un communiqué.

"Harry Potter et l'ordre du Phénix", "Shrek 3", "Die Hard 4"( avec Bruce Willis) et "Les Simpson", ont ainsi rencontré le succès. Rien que des films américains dont la part de marché est remontée du coup en France sur les sept premiers mois de 2007 de 45,1% à 47,9%, les films tricolores tombant, eux, de 44,5% à 39%. Au cinéma aussi, la France a bu la tasse cet été.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.