L'euro passe la barre du 1,36 dollar

 |   |  368  mots
La devise de la zone euro a franchi ce matin le seuil de 1,36 dollar pour la première fois depuis fin 2004. Le débat sur la politique de la Banque centrale européenne et ses conséquences sur la compétitivité du Vieux continuent est relancé.

L'Euro a franchi le seuil de 1,36 dollar ce matin sur le marché des changes pour la première fois depuis la fin du mois de décembre 2004, lorsqu'il avait établi son record à 1,3666 dollar. La devise européenne a grimpé jusqu'à 1,3603 dollar avant de se replier légèrement à 1,3592 peu après. Ce pic intervient dans un contexte de faiblesse généralisée du billet vert face aux principales devises: la livre sterling a franchi de son côté le seuil de 2,01 dollar pour la première fois depuis juin 1981 ce matin également.

"La punition du dollar continue", a commenté Peter Franck, de la banque ABN-Amro, interviewé par l'Agence France Presse (AFP). La devise américaine pâtit actuellement de moins bonnes perspectives économiques aux Etats-Unis, alors que les taux d'intérêt de la zone euro se rapprochent de ceux des Etats-Unis, déjà rejoints par les taux britanniques. Cible d'une polémique au sein de l'Union européenne, la politique monétaire menée par la Banque centrale européenne poursuit sa marche progressive vers un resserrement annoncé.

Actuellement à 3,75%, le principal taux de la BCE va très probablement augmenter à 4% dès juin, a récemment laissé entendre Jean-Claude Trichet, le numéro un de la BCE. A la clé, des pays comme la France brandissent le spectre de la dégradation de la compétitivité des entreprises européennes sur les marchés internationaux. Mais les chiffres publiés mardi par l'Institut européen des statistiques, Eurostat ,a rappelé que le commerce extérieur de la zone euro continue de se réduire (à 1,7 milliard en février). Sur un an les exportations de cette zone ont augmenté de 10% à près de 116 milliards d'euros alors l'euro s'est adjugé près de 5% dans le même temps par rapport aux monnaies des principaux partenaires commerciaux de l'Europe.

Ces chiffres globaux traduisent les résultats commerciaux contradictoires d'une Allemagne qui s'impose avec vigueur sur les marchés émergents d'Asie ou d'Europe de l'est avides de biens d'équipement et de machines outils et occupe la première marche du podium parmi les pays exportateurs, et d'une France ou d'une Italie qui tirent moins bien leur épingle du jeu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :