Bolloré se renforce encore dans Havas

Le groupe Bolloré va se renforcer encore dans Havas en portant sa participation de 26% à 31% d'ici juin. Il a vu son bénéfice net en 2006 passer de 275 à 583 millions d'euros. Il a engrangé une plus-value de 541 millions grâce à la cession d'une grande partie de sa participation dans le fabricant de tubes sans soudure Vallourec dont le titre a fortement progressé en bourse ces dernières années.

Les médias n'ont beau ne représenter encore qu'une petite partie de son empire, c'est bien là que l'homme d'affaires Vincent Bolloré avance ses pions aujourd'hui. Il a annoncé ce vendredi qu'il va encore se renforcer dans le capital du groupe publicitaire français Havas (numéro deux derrière le géant Publicis et dont Vincent Bolloré assure la présidence non exécutive). Il va porter sa participation de 26% à 31% en exerçant son option d'achat sur la part du fonds Sebastian Holdings.

Plus généralement, Bolloré entend poursuivre ses investissements (500 millions à un milliards d'euros sur les trois prochaines années), notamment dans le secteur des médias, gratuits ou payants - le groupe lorgne par exemple le quotidien économique Les Echos, concurrent de la Tribune, que son propriétaire, le britannique Pearson envisage de céder et réflechit aussi à lancer un journal du dimanche - dans lequel il entend dépenser un minimum de 70 millions par an.

Le groupe Bolloré a annoncé jeudi soir avoir vu son bénéfice net progresser de 112% par rapport aux 275 millions enregistrés en 2005. Et ce grâce à une plus-value de 541 millions d'euros dégagée par le groupe. après la vente d'une grosse partie de sa participation dans le leader mondial des tubes sans soudure pour l'industrie pétrolière.

Alors qu'il détenait encore 17% au début de l'année, le groupe Bolloré, ne disposait plus que de 7,5% fin 2006. Il a annoncé mercredi avoir cédé 3,5% supplémentaire pour 377 millions d'euros, et ne détient donc plus que 3,97% du capital.

Le résultat opérationnel a en revanche baissé de 15,7% à 102 millions d'euros à cause de "dépenses importantes engagées d'une part dans les batteries et voitures électriques et les surcapacités et d'autre part dans le secteur des médias (TNT, presse gratuite et Wimax)".

Le groupe familial Bolloré, présent à l'origine dans des activités aussi variées que les transports et la logistique internationale, les films plastiques pour condensateurs et emballages, la distribution d'énergie et les terminaux d'impression, s'est tourné depuis quelques années vers les médias et la communication. Propriétaire de la chaîne de télévision Direct 8, diffusée sur la TNT, Bolloré a lancé le quotidien gratuit Direct Soir et récemment Matin Plus, en partenariat avec Le Monde.

Il est, on l'a vu, également présent dans le monde de la publicité et du marketing en tant que premier actionnaire du groupe français Havas mais aussi du groupe britannique Aegis dont il détient près de 30% et où il tente, en vain pour l'instant, d'imposer ses vues à l'actuelle direction.

Il mise aussi actuellement sur le développement des batteries électriques Lithium-Métal-Polymère, secteur dans le quel il a annoncé début mars le rachat de la société canadienne Avestor, son seul concurrent sur le marché. Ces batteries équipent la BlueCar, sa voiture électrique, pour laquelle il recherche un partenaire industriel.

Le chiffre d'affaires, déjà publié, s'est élevé à 5,98 milliards d'euros en progression de 9,8%. Fin 2006, les fonds propres du groupe atteignaient 3,894 milliards d'euros, contre 3,016 un an plus tôt. L'endettement net a baissé à 1,238 milliard d'euros contre 1,73 fin 2005. Le groupe proposera lors de l'assemblée générale des actionnaires un doublement du dividende à 0,72 euro par action.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.