Recul des bénéfices du producteur de papier UPM-Kymmene

Il souffre lui aussi de la baisse du dollar face à l'euro et du renchérissement du bois sans pouvoir se rattraper sur les prix du papier qui ne décollent pas.

Période difficile pour les producteurs de papier. Après Stora Enso, en pleine restructuration, le finlandais UPM-Kymmene a, comme prévu, vu son bénéfice net reculer au troisième trimestre de 19%, à 119 millions d'euros. Sur la période, son chiffre d'affaires s'érode de 1%, à 2,4 milliards.

UPM-Kymmene souffre lui aussi de la baisse du dollar face à l'euro et du renchérissement du bois sans pouvoir se rattraper sur les prix du papier qui ne décollent pas.

"Les prix du bois et du papier recyclé ont sensiblement augmenté sur un an et notre strict contrôle des coûts s'est révélé insuffisant pour compenser l'inflation des dépenses. Dans le même intervalle, le prix moyen de toutes les catégories de papier a fléchi d'environ 2% par rapport à l'an dernier", a souligné le PDG d'UPM, Jussi Pesonen.

Pour le patron du groupe, "cette situation appelle des mesures fortes". Le producteur de papier compte ainsi faire une revue de détail de ses investissements et de ses usines "à la lumière de la conjoncture du marché" qui pourrait l'amener à effectuer des "réductions de capacité permanentes ou temporaires". Déjà, en 2006, la firme avait annoncé 3.600 suppressions de postes afin d'économiser 200 millions d'euros par an.

Pour le quatrième trimestre, UPM se contente d'indiquer que le volume de ses livraisons de papier devrait être stable sur un an. Il s'attend à une demande plus soutenue en Europe qu'en Amérique du Nord et à des prix stables.