Stockholm adopte le péage urbain pour lutter contre la pollution

 |   |  476  mots
Le péage urbain, déjà adopté par des villes comme Londres ou Singapour, entre en vigueur à Stockholm à partir du 1er août. Un dispositif adopté par 53% des habitants de la ville suédoise, soucieux de voir diminuer la pollution due à la circulation des voitures.

Le péage urbain, dispositif dont la finalité est de réduire la place de la voiture dans la ville et la pollution liée à la circulation automobile, va entrer en vigueur à Stockholm à partir du 1er août. Une mesure déjà adoptée par des villes comme Londres ou Singapour. Pour Birger Höök, un des responsables de la direction suédoise des routes, l'objectif est de diminuer la circulation routière dans et aux abords de la ville de 10 à 15% en un an.

A partir de ce mercredi, les automobilistes devront donc débourser entre 10 et 20 couronnes suédoises (entre 1,10 et 2,20 euros) selon l'heure de la journée à chaque entrée et sortie de la ville, du lundi au vendredi de 6 heures 30 à 18 heures 30. Une taxe qui n'excédera toutefois pas 60 couronnes par véhicule et par jour et qui servira à financer des projets d'infrastructures routières.

Si elle est coûteuse pour les automobilistes, cette mesure est pourtant passée sans encombre: le projet a pu voir le jour après avoir été approuvé par 53% des stockholmois lors d'un référendum local organisé le 16 septembre 2006, avant l'accord du parlement le 20 juin denier. Même la droite suédoise, adversaire du péage urbain à l'origine et au pouvoir le jour du référendum, a finalement changé d'avis. Cette taxe, dite d'embouteillage, avait été expérimentée avec succès du 3 janvier au 31 juillet 2006, avec une réduction du trafic de 22% en moyenne et jusqu'à 24% lors des heures de pointe de l'après-midi, selon la direction suédoise des routes.

Tous les automobilistes de voitures particulières devront s'acquitter de cette taxe, à l'exception des chauffeurs de bus et de voitures immatriculées à l'étranger. Et puisqu'il s'agit d'une mesure pour lutter contre la pollution, les propriétaires de véhicules électriques et hybrides seront dispensés de cette taxe jusqu'en 2012. En revanche les taxis, qui n'en seront pas dispensés, devraient augmenter leurs tarifs de l'ordre de 5%.

Un système de caméras identifiera les voitures. Les automobilistes n'auront pas à s'arrêter au péage et les paiements s'effectueront par prélèvement automatique sur les comptes bancaires ou à la caisse de certains magasins. Des tentatives de fraudes sont néanmoins attendues: même les "tabloïds" suédois n'ont pas manqué de lister toutes les astuces possibles imaginées pour échapper à la taxe d'embouteillage, telles que l'utilisation d'un produit réfléchissant pour rendre les plaques de voitures illisibles. Birger Höök rappelle qu'"effectuer des changements sur sa plaque d'immatriculation (...) constitue une fraude considérée comme une grave entorse à la loi". Selon lui, peu de fraudes ont été constatées lors de l'expérimentation l'an passé, soulignant que "la police a été et est très vigilante" et que le système utilisé pour photographier les plaques est d'une "haute précision".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :