Les trimestriels de Daimler tirés par Mercedes

Le constructeur automobile allemand a enregistré au troisième trimestre une perte nette de 1,53 milliard d'euros , conforme aux attentes des analystes, contre un bénéfice net de 868 millions. Les résultats ont été tirés par sa filiale haut de gamme Mercedes. Mais des charges exceptionnelles, liées notamment à la cession de Chrysler, ont pénalisé les comptes

L'allemand Daimler a accusé une perte nette de 1,53 milliard d'euros au troisième trimestre en raison des charges exceptionnelles de 2,6 milliards liées à la récente cession de sa filiale américaine Chrysler au fonds Cerberus. Sans ces charges, le constructeur automobile aurait engrangé un bénéfice net de 1,1 milliard d'euros, soit une hausse de 21% sur un an.

La division Mercedes affiche un Ebit (résultat d'exploitation) trimestriel en hausse de 57% à 1,33 milliard d'euros, dépassant largement le consensus. Sa marge d'exploitation ressort à 9,5%. La marque est plus que jamais en passe d'atteindre son objectif de 10% de marge d'ici 2010 au plus tard. La branche camions a vu son Ebit chuter de 15% au troisième trimestre à 480 millions d'euros, un résultat lui aussi meilleur qu'attendu. Le groupe confirme que l'Ebit de la division devrait rester pratiquement stable cette année en dépit du ralentissement marqué du marché des camions aux Etats-Unis et au Japon.

Au cours du troisième trimestre, le groupe de Stuttgart a vu son chiffre d'affaires progresser de 6% à 25,7 milliards d'euros pour un bénéfice d'exploitation de 1,89 milliard contre 1,81 milliard au troisième trimestre 2006. Pour l'ensemble de l'année, Daimler prévoit un bénéfice d'exploitation d'au moins 8,5 milliards d'euros, à comparer aux 5 milliard engrangés l'an dernier.

Daimler est aussi l'un des protagonistes de l'affaire EADS. Comme Lagardère en avril 2006, le constructeur automobile a vendu 7,5% de sa participation dans le groupe européen d'aéronautique et de défense. A ce titre, l'entreprise est sous le coup d'une enquête de l'Autorité des marchés financiers, ces ventes d'actions EADS étant intervenues avant que le retard de l'A380 ne soit officialisé le 13 juin 2006.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.