Pour gagner plus, mieux vaut gérer un budget, encadrer une équipe et occuper un poste international

 |   |  528  mots
Selon l'étude annuelle de l'Apec, la prime à la différence varie de 6% à 50%. Mais les femmes restent toujours pénalisées dans leurs carrières donc dans leurs salaires. L'étude indique également les salaires de quelques fonctions clé.

Pour négocier un salaire supérieur à la moyenne d'un poste, mieux vaut être un homme, travaillant en Ile-de-France, encadrant une équipe, gérant un budget, avec des responsabilité internationale. C'est ce que montre l'enquête salaire des cadres 2007 de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), dévoilée ce matin. Cette étude part d'un chiffre de base: 47.000 euros. C'est le salaire brut annuel moyen, tous cadres confondus à l'exception des dirigeants. A partir de là, tout diverge. Les 10% des cadres les mieux payés perçoivent un salaire deux fois et demi supérieur aux 10% les moins payés. Au delà des facteurs logiquement déterminant de l'âge, de l'expérience et du diplôme, comment s'explique cette dispersion ?

Les différences entre hommes et femmes

Le salaire médian des hommes cadres est supérieur de 17% à celui des femmes cadres. Pourtant, les deux sexes partent quasiment à égalité dans la vie professionnelle. Certes, un petit 3,3% séparent garçons et filles à l'embauche. Mais cet écart s'élargit à 19% pour la tranche de 40 à 54 ans, puis devient un gouffre de 38% après 55 ans. En effet, le salaire des femmes reste stable à partir de 35/39 ans alors que celui des hommes continue à progresser, souligne l'Apec. Explication: le plafond de verre qui bride les carrières féminines à partir de la naissance de leur premier enfant, notamment. Elles se trouvent alors dans l'impossibilité de constituer des réseaux sociaux suffisant pour se promouvoir dans l'entreprise et à l'extérieur.

La localisation du poste

Ce facteur a une influence "majeure" sur la rémunération des cadres, dit l'Apec. Ceux qui travaillent en Ile-de-France bénéficient d'un salaire médian supérieur de 13% à leurs confrères de province. Cet écart est surtout marqué pour les fonctions informatique et commercial.

L'effectif supervisé

Plus de la moitié des cadres dirigent une équipe. Et c'est pour eux un atout maître. Leur salaire annuel médian s'établit à 45.000 euros, supérieur de 15% à celui des cadres sans responsabilité. Cet écart s'accroît avec l'âge. La prime à la responsabilité est la plus importante dans les fonctions recherche et développement, finance, comptabilité et informatique, où les écarts sont supérieurs à 20% entre les managers et les non-managers.

La gestion d'un budget

L'écart entre les salaires des cadres qui gèrent un budget et les autres est de 22%. Là aussi, cet écart s'accroît avec l'âge. Il est le plus important pour les fonctions production et informatique où il atteint 30%. Il augmente logiquement avec l'importance du budget géré. Ainsi, les cadres qui ont la responsabilité d'un budget de 5 millions d'euros gagnent 50% de plus que ceux qui ne contrôlent que 250.000 euros.

La dimension internationale d'un poste

Qu'il s'agisse de liens avec des filiales à l'étranger, de contacts avec les fournisseurs ou des clients hors de France, la dimension internationale du poste permet d'obtenir un salaire supérieur à celui d'un cadre dont l'univers est cantonné à l'Hexagone. Cet écart de 6% en début de carrière atteint 22% pour les cadres de 50 ans et plus.

Les salaires bruts annuels pour quelques fonctions clé
DRH: 61.000 euros
Directeur informatique: 59.000 euros
Cadre service achat: 47.000 euros
Cadre marketing: 47.000 euros
Contrôleur de gestion: 47.000 euros
Cadre de production: 44.000 euros
Commercial: 44.000 euros
Cadre comptable: 40.000 euros

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :