Bruxelles veut assurer la protection des mineurs sur la téléphonie mobile

 |   |  270  mots
Les grands opérateurs européens ont signé aujourd'hui un accord pour protéger les jeunes contre les abus issus des téléphones portables. La Commission européenne compte sensibiliser les parents à une utilisation plus sûre de ces outils de communication.

A l'occasion de la 4ème journée mondiale de la sécurité sur Internet, qui se tenait ce mardi à Bruxelles, une quinzaine de grands opérateurs européens de téléphonie mobile ont signé un accord pour assurer la protection des mineurs. Objectif: assurer le filtrage des appels ou messages à visée violente, pornographique ou pédophile, destinés aux jeunes. Parmi les opérateurs signataires, on trouve les trois grands groupes français de la téléphonie mobile, SFR, Orange et Bouygues Télécom. A noter que le numéro un mondial de ce marché, Vodafone, a également signé cet accord.

La commissaire à la Société de l'information, Viviane Reding, a affirmé que "le développement des portables chez les jeunes est une chose très positive, mais il présente aussi des risques." En France, 80% des 12-17 ans possèdent un téléphone portable, et parmi eux, 23% consultent des sites Internet, selon l'Association française des opérateurs mobiles (AFOM). "Nous ne voulons pas hériter des maux de l'Internet sur nos téléphones" a assuré Kaisu Karvala, présidente de l'association d'opérateurs GSM Europe.

Viviane Reding a souhaité sensibiliser les parents par des campagnes de lutte contre les contenus illicites diffusés via la téléphonie mobile. En France, depuis novembre, le contrôle parental est proposé dans tous les points de vente de téléphonie mobile et est présent dans le formulaire de contrat d'ouverture de ligne. Ce service, lorsqu'il est activé, bloque l'accès à certains contenus, comme les sites de rencontres, ainsi que l'accès à Internet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :