Cadbury renonce à céder ses boissons américaines

 |   |  323  mots
Dans l'impossibilité de vendre ses boissons américaines Schweppes, le britannique envisage désormais de mettre en Bourse sa division. Par ailleurs, le groupe a annoncé une hausse de 10% de son chiffre d'affaires dans la confiserie au troisième trimestre.

Cadbury Schweppes se résigne à ne pas vendre son activité boissons aux Etats-Unis (Dr Pepper, Snapple, Seven Up, ...). Le groupe d'agroalimentaire a déclaré ce mercredi qu'il entendait désormais donner la priorité à une scission plutôt qu'à une vente. "Etant donné qu'une vente acceptable est improbable dans un avenir proche, le conseil d'administration estime maintenant prudent de donner la priorité à une scission de nos activités boissons en Amérique", a ainsi annoncé le président du numéro un mondial de la confiserie, John Sunderland.

En juillet, Cadbury avait déjà du reporter le délai de dépôts d'offres fermes pour les candidats au rachat, en raison de la crise du crédit de cet été. Mais selon Cadbury, "les conditions de marché sont restées difficiles", compliquant encore aujourd'hui les plans de financement des acquéreurs potentiels.

La scission désormais envisagée sera réalisée via une émission d'actions destinées aux actionnaires existants. L'entité sera cotée sur le New York Stock Exchange. Cette scission ne devrait pas être finalisée avant le deuxième trimestre 2008 et s'accompagnera de 470 suppressions de postes.

Le coût de ce programme de restructuration est évalué autour de 35 millions de livres sterling, soit 50 millions d'euros mais le groupe table sur autant d'économies de coûts annuelles, qui devraient être en grande partie générées dès 2008.

Par ailleurs, dans un point sur son activité au troisième trimestre, le groupe britannique a également signalé une croissance de 10% au troisième trimestre de son chiffre d'affaires dans la confiserie. La division affichera ainsi une hausse de 7% de ses ventes sur neuf mois, après 6% au premier semestre.

Le groupe a aussi prévenu qu'il s'attendait à une hausse de 5% à 6% des prix des matières premières en 2008, tant pour les boissons que pour la confiserie. Une hausse qui devrait être compensée par l'augmentation des prix facturés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :