Michel-Edouard Leclerc dénonce les hausses tarifaires des fournisseurs

 |   |  288  mots
Michel-Edouard Leclerc, président des magasins Leclerc, dénonce "une tempête de hausse tarifaire" allant de 4 à 12% imposée par les fournisseurs de la grande distribution.

Dans une interview au quotidien Metro, Michel-Edouard Leclerc, président des centres de distribution Leclerc, dénonce "une tempête de hausse tarifaire" allant de 4 à 12% imposée par les fournisseurs de la grande distribution, estimant ces hausses "pas entièrement justifiées".

"Nous assistons aujourd'hui à une tempête de hausse tarifaire de la part de nos fournisseurs, qui se situe entre 4 et 12%. Nous ne pouvons pas accepter des hausses d'une telle ampleur, car elles ne sont pas entièrement justifiées", explique le patron du leader de la grande distribution en France.

"Depuis deux ans, les prix des fournisseurs ont augmenté, en moyenne, de 6%. Pour autant, sur la même période, les 8.000 articles de grande marque ont baissé de 5,6%", argue-t-il. Le responsable estime que les risques inflationnistes sont aujourd'hui limités en France, mais plaide néanmoins pour une réforme plus poussée de la loi Galland. Cette loi définit de manière très rigide le seuil de revente à perte, en-dessous duquel les distributeurs n'ont pas le droit de vendre.

"Avec la nouvelle vague de hausse tarifaire qui se profile pour l'année 2008, nous avons besoin que Nicolas Sarkozy parachève la réforme de la loi Galland, qui nous permettra de négocier les tarifs avec nos fournisseurs", dit-il.

Face aux craintes de hausse des prix des produits alimentaires liées à la flambée des matières premières agricoles, le gouvernement a récemment multiplié les annonces, notamment à l'encontre de la grande distribution. Lors de l'université d'été du Medef à Jouy-en-Josas (Yvelines) jeudi, le président Nicolas Sarkozy a dit souhaiter un assouplissement de la loi Galland portant sur le seuil de revente à perte, ce qui permettrait de faire baisser les prix.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :