Les romances de Romano

Nouveau recueil de chansons signé Aldo Romano. Quand le batteur de jazz fait battre les coeurs.

"Saltimbanque": Aldo Romano revendique son statut d'artiste. C'est sa carte d'identité, pas du tout nationale. Ses racines italiennes, le jazzman ne les a jamais oubliées. Sa terre de prédilection, le jazz, le batteur lui reste fidèle. Une fidélité à géométrie variable, sans règles fixes ni encore moins test d'ADN. Il est jazz, Aldo Romano, depuis quatre bonnes et trépidantes décennies. Empruntant des chemins de traverse, musardant au gré de ses envies, se réservant le droit de changer d'avis.

Sa dernière passion, la chanson, n'a pas manqué de dérouter les tenants du jazz "pur et dur", ceux qui se retrouvent dans l'Aldo, membre à part entière du trio à succès dédié aux musiques africaines et formé avec Henri Texier (basse) et Louis Sclavis (clarinettes). Ceux-là même qui avaient toussé quand le batteur avait insufflé rap et sons électriques aux tubes de Sydney Bechet.

Un duo avec Carla Bruni ("Io quo tu li") évidemment, le bonus de son premier album vocal ("Chante", Dreyfus Jazz), c'est un exercice qui détonne dans un discographie riche en jazz expérimental! Ce pied de nez à la "nomenklatura du jazz", selon ses propres termes, Aldo Romano le renouvelle avec "Etat de fait". Un ensemble de neuf compositions personnelles auquel s'ajoute un titre de son ami Nougaro ("C'est mon coeur") pour lequel il écrivit des musiques. En français dans le texte, à une exception près, ces titres évoquent le temps qui passe, les rêves, les femmes... Un univers poétique tout en fragilité révélé par une voix tout en retenue, sans effet.

L'auteur le reconnaît: "c'est un objet musical non identifié". Le jazz n'est pas absent, notamment avec les accents boisés de la clarinette (Mauro Negri) ou les phrases envoûtantes du piano (Danilo Rea). Mais c'est la poésie tout simplement qui s'exprime là. Celle que servait déjà Aldo dans un remarqué hommage discographique à Cesare Pavese. D'ailleurs, son prochain album vocal, Aldo Romano le prévoit entièrement en italien, pour conjuguer encore "le sens et le son".


Discographie: "Etat de fait". Aldo Romano (vocal, guitare, batterie) avec Réli Vignolo (basse, batterie), Danilo Rea (piano), Francesco Bearzatti (saxophone ténor), Mauro Negri (clarinette), Umberto Trombetta (percussions) et Ma. Chenka (vocal). Dreyfus Jazz-Sony (novembre 2007).
Concerts: "Aldo Romano quintet". Sunside (75001) du 20 au 23 décembre. Réservations: 01 40 26 46 60. www.sunset-sunside.com

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.