Bear Stearns : lourde perte au quatrième trimestre

La banque américaine publie au titre de son quatrième trimestre une perte de 854 millions de dollars, trois fois plus élevée que celle escomptée par les investisseurs. Sur l'ensemble de l'exercice (clos en novembre), Bear Stearns a vu son bénéfice fondre de 89% à 233 millions de dollars.

Le groupe bancaire Bear Stearns, frappé de plein fouet par la crise des crédits "subprime", affiche une perte nette au quatrième trimestre de 854 millions de dollars, soit 6,90 dollars par action, perte trois fois plus élevée que ce qu'attendaient les analystes.

Sur l'ensemble de l'exercice (clos en novembre), la banque a vu son bénéfice fondre de 89% à 233 millions de dollars, soit 1,52 dollar par action, résultat quatre fois inférieur aux 6,69 dollars attendus par les marchés. Sur l'exercice 2006, la banque d'affaires de New York avait réalisé un bénéfice de 2,1 milliards, soit un bénéfice par action (BPA) de 14,27 dollars.

Bear Stearns précise avoir inscrit des dépréciations d'actifs de 1,9 milliard de dollars au quatrième trimestre, supérieures au 1,2 milliard qu'elle avait annoncé en novembre dernier. Ces dépréciations ont réduit le bénéfice par action de 8,21 dollars au quatrième trimestre, selon le communiqué publié par Bear Stearns.

La banque, qui annonce la première perte trimestrielle de son histoire, a aussi indiqué que les membres de son comité exécutif n'auraient aucun bonus cette année.

Barclays porte plainte contre deux fonds spéculatifs de Bear Stearns
Barclays accuse la banque d'investissement américaine Bear Stearns d'avoir utilisé deux fonds spéculatifs mis en faillite au cours de l'été pour y héberger des actifs dépréciés. Dans sa plainte, Barclays estime que la faillite des deux "hedge funds" de Bear Stearns est l'une des plus scandaleuses jamais observées sur la dernière décennie. Barclays indique être le seul actionnaire de l'un de ces "hedge funds" bénéficiant d'un rehaussement de crédit et engagé sur le segment des crédits hypothécaires à risques américains ("subprime mortgages"). Ce fonds rehaussé, ainsi qu'un autre géré par Bear Stearns, détenaient plus de 20 milliards de dollars d'actifs avant d'être mis en difficulté. "Bear Stearns s'est servi du fonds rehaussé pour y loger des actifs extrêmement risqués ou dépréciés qui ne pouvaient pas être cédés à d'autres investisseurs aux prix où le fonds les a acquis".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.