Reuters : activité en hausse de 2,3% au troisième trimestre

Le groupe britannique d'information financière Reuters a enregistré une hausse de 2,3% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, à 646 millions de livres (929 millions d'euros). Reuters qui veut fusionner avec le canadien Thomson, attend un feu vert des autorités de la concurrence au cours du premier trimestre 2008.

Le groupe britannique Reuters, spécialisé dans la finance, a fait état jeudi d'une hausse de 2,3% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, à 646 millions de livres (929 millions d'euros), en dépit des turbulences récentes des marchés financiers.

Hors effets de changes, cessions et acquisitions, la croissance du chiffre d'affaires est ressortie à 7,6% sur le trimestre, précise le groupe dans un communiqué. Les effets de changes ont en effet pesé sur le chiffre d'affaires courant à hauteur de 33 millions de livres. Depuis le début de l'année, les changes ont eu un impact négatif cumulé de 119 millions de livres (171 millions d'euros) sur le chiffre d'affaires du groupe. Reuters est surtout pénalisé par la faiblesse du dollar par rapport à la livre sterling, et dans un deuxième temps par celle de l'euro, du yen et des autres monnaies qui se sont également dépréciées face à la devise britannique.

Les services spécialisés pour les salles de marché (logiciels de transactions, bases de données et information financière) ont reculé de 2%, mais progressé de 3% hors effets de changes. Les services aux entreprises ont progressé de 5% (11% hors effets de change), à 109 millions de livres, et les services dédiés aux professionnels de la gestion d'actifs ont bondi de 19% à 92 millions de livres (23% en données sous-jacentes). L'activité médias (agence de presse, photo et vidéo, publicité et vente d'information au grand public) a augmenté quant à elle de 5% (11% hors effets de change) à 43 millions de livres, dont 35 millions pour la seule partie agence de presse.

Par ailleurs, Reuters a indiqué avoir fait de "bons progrès" dans son processus de rapprochement avec le canadien Thomson Corporation. Le Britannique avait accepté en mai d'être racheté par Thomson, qui est l'un de ses principaux concurrents dans l'information financière, pour un montant de 8,7 milliards de livres en numéraire et en actions. Les deux alliés tablent sur un feu vert des autorités de la concurrence à leur fusion "au cours du premier trimestre 2008". La hausse de l'activité "démontre que notre performance n'a pas été affectée par les turbulences sur le marché du crédit, sans aucune perturbation liée à l'accord avec Thomson", déclare dans le communiqué le directeur général du groupe, Tom Glocer.

Les investisseurs ont bien accueilli ces annonces. L'action du groupe progressait de 1,57% en fin de matinée, à 648,50 pence.

Très forte hausse des bénéfices de Thomson
Le groupe Thomson, de son côté, a annoncé une très forte hausse de son bénéfice net au troisième trimestre. Bénéficiant de la vente de ses publications spécialisées dans l'enseignement supérieur, le bénéfice a bondi en un an de 418 millions de dollars US à 2,97 milliards, soit de 65 cents à 4,61 dollars par action. Ce bénéfice a été dopé par la vente en juillet de la filiale Thomson Learning, qui y a contribué pour 2,7 milliards de dollars US. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice est en hausse de 56% à 310 millions de dollars. Le chiffre d'affaires du groupe canadien, spécialisé dans l'information financière, mais aussi juridique, fiscale et scientifique, a progressé de 11% à 1,8 milliard de dollars.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.