L'espace Schengen s'ouvre à neuf nouveaux pays ce vendredi

 |   |  326  mots
On pourra circuler sans passeport dans vingt-quatre pays européens ce vendredi, vingt-deux membres de l'UE plus la Norvège et l'Islande. Les huit pays d'Europe centrale qui y adhèrent, plus Malte, en espèrent des retombées économiques à terme.

A compter de cette nuit de jeudi à vendredi, à minuit et une minute, l'espace Schengen, du nom du village luxembourgeois où fut signé en 1985 le premier accord sur la circulation sans passeport à l'intérieur de l'Union, comptera vingt-quatre pays, après avoir accueilli neuf nouveaux membres de l'UE. Un élargissement de l'Europe au quotidien dont les huit pays d'Europe orientale qui ont rejoint l'UE en 2004 espèrent aussi un coup de fouet économique.

Symboliquement, le Premier ministre slovaque, Robert Fico, et le chancelier autrichien, Alfred Gusenbauer, ont scié ce jeudi une barrière douanière à un poste-frontière de la ville de Petrzalka, près de Bratislava, la capitale slovaque. "Qu'est-ce que Schengen ? Ce n'est pas la criminalité, ce n'est pas l'incertitude, ce n'est pas la peur, c'est un vaste espace de sécurité et de stabilité", a déclaré le chancelier autrichien. De son côté, Robert Fico a souligné que cet événement ouvrirait un espace de libre circulation de plus de 4.000 kilomètres entre Tallinn (Estonie) et Lisbonne (Portugal).

Concrètement, l'espace Schengen, qui accueille huit nouveaux pays d'Europe de l'Est, plus Malte, verra sa superficie atteindre un tiers de la taille des Etats-Unis et abritera quelque 400 millions d'habitants. Il comptera donc vingt-deux pays de l'UE (les Vingt-Sept sauf le Royaume-Uni, l'Irlande, Chypre, la Bulgarie et la Roumanie), auxquels s'ajoutent la Norvège et l'Islande. La Suisse les rejoindra prochainement.

La création de cette zone de libre circulation a permis de nombreux transferts de populations, y compris même en direction du Royaume-Uni et de l'Irlande, pourtant en dehors de Schengen, mais qui ont décidé de conditions d'entrée facilitées pour les travailleurs étrangers.

Contrepartie de ces facilités de déplacement, la sécurité a été renforcée le long des nouvelles frontières, ce qui ne fait pas taire les inquiétudes de certains pays, notamment les plus riches qui, comme l'Allemagne, sont susceptibles d'attirer le plus les migrants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :