Les appels à la grève se multiplient en France

Les syndicats de fonctionnaires et ceux de l'Education nationale ont décidé lundi d'une grève le 20 novembre pour l'emploi et les salaires, à un moment où la SNCF et la RATP pourraient être touchées par un nouveau mouvement, cette fois reconductible, si le gouvernement ne reculait pas à propos des régimes spéciaux de retraite. Enfin, le personnel d'Air France menace également de faire grève d'ici à la fin du mois d'octobre.

Au moment où les cheminots ont décidé de temporiser leur mouvement, les fonctionnaires passent à l'action. Sept fédérations de fonctionnaires (CGT, CFDT, FO, FSU, Unsa, Solidaires et CFTC) ont annoncé une grève dans la fonction publique le mardi 20 novembre, estimant, dans un texte commun, que leurs "deux revendications prioritaires, le pouvoir d'achat et l'emploi public, ne sont toujours pas prises en compte par le gouvernement".

Les syndicats de fonctionnaires ont plusieurs fois réclamé l'ouverture de négociations salariales depuis l'élection de Nicolas Sarkozy, dénonçant l'absence de revalorisation des traitements en 2007. Ils s'opposent en outre à la suppression de 22.900 postes de fonctionnaires prévue au budget 2008.

Même son de cloche chez les enseignants. Les cinq fédérations syndicales de l'Education nationale - FAEN, FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNSA-Education - ont appelé à la grève le 20 novembre pour "dénoncer la politique gouvernementale des 11.200 suppressions de postes" dans l'Education..

Dans le même temps, les huit syndicats de cheminots (CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC, FO, Fgaac, Sud Rail et Unsa), à l'origine de la grève massive de jeudi dernier à la SNCF contre la réforme des régimes spéciaux, "se sont engagés à décider d'un mouvement de grève qui pourrait être reconductible à la mi-novembre" si le cadrage gouvernemental de cette réforme "n'est pas revu".

Réunis lundi pour la première fois depuis le succès de leur mouvement commun, les syndicats se reverront mercredi 31 octobre pour étudier les réponses des pouvoirs publics à leurs revendications. Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, va entretemps recevoir les syndicats, qui attendent une évolution du projet gouvernemental.
Les syndicats ont réussi tant bien que mal à adopter une position commune, malgré les divergences qui avaient marqué les suites immédiates de la grève de jeudi.

Des perturbations ont d'ailleurs encore affecté le trafic SNCF lundi, notamment en région parisienne, Saint-Etienne et Toulon. Et Le trafic sera encore perturbé mardi en Ile-de-France, notamment sur le réseau de Paris-Nord, mais moins que lundi, selon les premières indications de la SNCF.

On prend les mêmes et on recommence à la RATP. Dans l'attente de nouvelles propositions du gouvernement sur la réforme des régimes spéciaux de retraite, six syndicats sur huit (la CFE-CGC ne s'associe pas à la démarche et l'Unsa réserve sa réponse) ont décidé de se revoir eux aussi le 31 octobre pour décider d'un éventuel nouveau mouvement de grève en novembre.

Enfin, les syndicats de personnel navigant commercial d'Air France, c'est-à-dire les hôtesses et les stewarts, appellent à la grève du 25 au 29 octobre alors qu'ont démarré des discussions sur les rythmes de travail et les rémunérations avec la direction. Selon certaines sources syndicales, sept syndicats d'Air France sur huit soutiennent l'appel à la grève, le huitième préférant attendre début janvier pour déclencher un mouvement. Les syndicats veulent faire pression sur la direction pour qu'elle renégocie un accord sur les salaires et les conditions de travail qui arrive à échéance à la fin de l'année.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.