Deficit commercial record pour le Royaume-Uni en 2006

 |   |  222  mots
De même que la France, le Royaume-Uni a affiché l'an dernier un déficit record de sa balance commerciale extérieure. La facture pétrolière y est aussi pour beaucoup.

Sur ce terrain, la France peut se réjouir d'avoir été battue à plate couture. Car le déficit du commerce extérieur outre-Manche, également plombé par la facture pétrolière, est encore plus catastrophique que le sien. Alors que l'hexagone affiche un déficit de sa balance commerciale extérieure de 29 milliards d'euros en 2006, le Royaume-Uni a enregistré un solde de négatif de 55,8 milliards de livres sur l'année (83,6 milliards d'euros), contre 44,6 milliards en 2005.

Selon l'Office des statistiques nationales (ONS), les échanges de biens se sont soldés l'an dernier par un déficit de 84,3 milliards de livres (126,4 milliards d'euros), contre 68,8 milliards en 2005. La balance des échanges s'est surtout dégradée en dehors de l'Europe, avec un déficit de 45,9 milliards de livres contre 31,9 milliards un an plus tôt. Avec l'Union européenne, premier partenaire commercial du Royaume-Uni, la balance est déficitaire mais quasi stable, à 38,4 milliards de livres contre 36,8 milliards en 2005.

Les échanges de pétrole ont pesé sur la balance commerciale, avec un déficit de 3,7 milliards de livres, contre 2,2 milliards en 2005 et un surplus de 893 millions en 2004, la Grande-Bretagne ayant perdu depuis son indépendance pétrolière. Sur le seul mois de décembre, le déficit des échanges de biens s'est accru plus que prévu, à 7,1 milliards de livres contre 6,9 milliards en novembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :