Le président de la République a détaillé son plan - controversé - sur les franchises médicales

Nicolas Sarkozy accompagné par son ministre de la santé Roselyne Bachelot, a annoncé, à l'occasion d'une visite dans un service de gériatrie aujourd'hui à Dax, la mise en place d'une franchise pour les dépenses de santé visant à financer la recherche sur le cancer, les soins palliatifs et le plan Alzheimer.

Nicolas Sarkozy a fait le voeu ce mardi à Dax de mettre "le paquet sur la recherche" pour lutter contre "le drame familial" que représente, entre autres, la maladie d'Alzheimer pour notre société. Pour financer son projet, il a donc annoncé la mise en place d' "une participation forfaitaire sur chaque recours au système de santé", à savoir 50 centimes par boîte de médicaments et sur chaque acte paramédical et de deux euros sur les transports sanitaires. Le président avait d'ailleurs annoncé la création début 2008 d'une cinquième branche de la protection sociale consacrée à la prise en charge de la dépendance

Concernant la franchise sur les soins médicaux, dont le montant avait, fin juin, été temporairement fixé à 40 euros par an et par foyer par la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, s'élèvera finalement à un niveau qui "ne devra pas dépasser le seuil de 50 euros par an et par patient", a expliqué le président. Il a tout de même assuré par la suite que "les personnes les plus modestes, les femmes enceintes et les enfants en seront dispensés". Ce qui semble donc répondre aux inquiétudes du Haut commissaire aux solidarités actives Martin Hirsch. Ce dernier avait jugé fin mai que les franchises sur les soins, proposées dans le programme du candidat Sarkozy, n'étaient "pas une bonne mesure", mais s'était dit ensuite "rassuré" par l'assurance que les personnes en difficulté seraient prises en compte.

Cependant, l'opposition ne semble, quant à elle, toujours pas convaincue. Peu après l'intervention de Nicolas Sarkozy, Gérard Bapt, député PS de Haute-Garonne a vivement critiqué les franchises médicales "supportés par une majorité de patients y compris modestes et qui contrastent avec les 7 à 8 milliards d'euros de cadeaux fiscaux qui viennent d'être faits aux plus grosses fortunes" à travers le projet de loi dit du "paquet fiscal" en passe d'être adopté à l'Assemblée.

Les critiques risquent de se poursuivre sur les franchises médicales. Le 24 juillet, un collectif réunissant des professionnels du soin, des partis politiques, des syndicats et des associations avait appelé à se mobiliser le 29 septembre contre les franchises médicales que le gouvernement veut instaurer et pour "l'accès aux soins pour tous".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.