Des produits chinois de nouveau mis en cause

 |   |  291  mots
La question de la sécurité des produits "Made in China" est relancée par une enquête du gouvernement néo-zélandais qui a annoncé être inquiet de la présence de niveaux élevés de substances chimiques dans des vêtements fabriqués en Chine.

Le gouvernement néo-zélandais a annoncé, ce mardi, qu'il enquêtait sur des vêtements d'importation fabriqués en Chine et dans d'autres pays qui présenteraient des niveaux élevés de substances chimiques.

La substance incriminée, le formaldéhyde, à partir duquel on fabrique le formol, est parfois utilisé dans la confection pour prévenir la moisissure. Mais il peut provoquer des irrations cutanées et des problèmes respiratoires.

L'enquête a été ouverte par le ministère de la Consommation à la suite de la diffusion d'un reportage télévisé affirmant que des tissus de laine et coton en provenance de Chine en contenaient jusqu'à 900 fois le niveau limite fixé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Nous sommes très préoccupés par cette question, et si des mesures doivent être prises, nous agirons très rapidement", a dit la directrice générale du ministère, Elizabeth MacPherson.

Par ailleurs, le principal groupe de grande distribution de Nouvelle-Zélande, The Warehouse Group, a annoncé qu'il retirait provisoirement de ses rayons des pyjamas fabriqués en Chine à la suite de deux incidents au cours desquels ces vêtements ont pris feu, occasionnant des brûlures mineures. L'entreprise attend les résultats de tests.

La question de la sécurité des produits "Made in China" a été relancée par une série d'affaires récentes, dont la décision du numéro un mondial du jouet, l'américain Mattel, de retirer une vingtaine de millions de jouets produits en Chine. Les autorités chinoises ont pris la défense de leurs entreprises, dénonçant une campagne de dénigrement biaisée et ne rendant pas compte de la réalité de la production chinoise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :