Retour de John Riccitiello à la direction d'Electronic Arts

 |   |  349  mots
L'éditeur américain de jeux vidéo s'est doté d'un nouveau numéro un, nommant un ancien du groupe, John Riccitiello, au poste de directeur général, en remplacement de Larry Probst. Ce dernier reste président du conseil d'administration.

L'éditeur américain de jeux vidéo Electronic Arts crée une double surprise: non seulement il décide de changer de directeur général mais en plus il fait revenir un ancien du groupe. En effet le premier éditeur mondial de jeux vidéo vient de se doter d'un nouveau numéro un, nommant un ancien du groupe, John Riccitiello, au poste de directeur général. A compter du 2 avril, John Riccitiello va remplacer Larry Probst qui restera président du conseil d'administration. Larry Probst fait partie du groupe quasiment depuis ses débuts, entrant chez Electronic Arts en 1984, deux ans après sa création.

Electronic Arts n'a pas donné les raisons du changement à sa direction, mais dans un entretien accordé lundi au Wall Street Journal, Larry Probst expliquait que c'était le moment "idéal" pour passer le relais alors que l'industrie du jeu vidéo amorce un tournant de son histoire, avec de nouvelles technologies appliquées aux jeux vidéo.

John Riccitiello a été président et directeur de l'exploitation d'Electronic Arts (EA) avant de quitter le groupe en 2004 pour fonder la société d'investissements Elevation Partners. Cette dernière a essentiellement investi dans l'industrie du jeu vidéo. "Nous sommes heureux d'accueillir de nouveau John en tant que directeur général", a déclaré Larry Probst, cité dans le communiqué. "Son expertise, sa vision et son expérience dans notre industrie lui valent le respect de nos employés et de nos actionnaires", a-t-il ajouté.

A la Bourse de New York, l'annonce de la nomination d'un nouveau patron a plutôt été appréciée: l'action Electronic Arts prenait 1,04% à 52,50 dollars lors des échanges électroniques suivant la clôture du marché.

Electronic Arts qui représente 2,95 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel pour 236 millions de bénéfices, développe des jeux comme les Sims, Harry Potter, Need for speed, Battle field, et des jeux dérivés des rencontres de la ligue sportive de football (NFL) ou encore de la chaîne de télévision sportive ESPN.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :