Le patron de Volkswagen sous la pression de la justice allemande

Ferdinand Piech ne fait pour l'heure objet d'aucune enquête. Mais selon le procureur, "si des preuves concrètes émergeaient lors de l'audition de ces témoins, une enquête préliminaire pourrait alors être envisagée."

Le président du conseil de surveillance de Volkswagen, Ferdinand Piech, est sur la sellette. La justice allemande veut vérifier s'il était au courant des actes de corruption au sein du groupe qu'il a longtemps dirigé.

Si Piech nie tout agissement illégal, le procureur Ralf Tacke, demande au tribunal - qui a repris ce lundi ses audiences sur le dossier - d'entendre trois témoins supplémentaires à propos de versements de pots-de-vin à des représentants du comité d'entreprise.

Ferdinand Piech ne fait pour l'heure objet d'aucune enquête. Mais selon le procureur, "si des preuves concrètes émergeaient lors de l'audition de ces témoins, une enquête préliminaire pourrait alors être envisagée."

Sont jugés l'ancien président du comité d'entreprise Klaus Volkert et un ancien cadre de la direction des ressources humaines, Klaus-Joachim Gebauer. En janvier, l'ancien directeur du personnel Peter Hartz a été condamné à deux ans de prison avec sursis et 576.000 euros d'amende dans ce dossier.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.