Le PIB japonais n'a progressé que de 0,4% au troisième trimestre

 |   |  414  mots
La croissance japonaise sur le troisième trimestre 2007/2008 est de 0,4% par rapport au timestre précédent et de 1,5% sur un an. Le Japon revoit à la baisse ses premières estimations de PIB sur le deuxième trimestre.

Déception du côté de la croissance japonaise. Le Japon a révisé en baisse son PIB du troisième trimestre 2007/2008, à 0,4% sur la période allant de juillet à septembre. Pourtant le 13 novembre dernier, le Japon avait à l'inverse annoncé un taux de croissance sur le troisième trimestre de 0,6%, alors supérieur aux attentes des économistes.

La déception est d'autant plus grande que les économistes attendaient à présent un relèvement à la hausse des premières estimations, à 0,7%. Sur un an, le PIB est en hausse de 1,5%, contre 2,6% initialement avancés. Les économistes visaient 2,7%.

"C'est un assez mauvais chiffre et cela montre que l'économie japonaise n'est pas vraiment en bonne santé", commente Takeshi Minami, économiste en chef au Norinchukin Research Institute, cité par l'agence Reuters. "Nous pensons que la prochaine hausse de taux de la part de la Banque du Japon aura lieu entre juillet et septembre l'an prochain, mais le calendrier pourrait encore être repoussé", ajoute-t-il.

Cette révision à la baisse est due à la décélération des dépenses d'investissement, dont la croissance au troisième trimestre a été ramenée à 1,1% contre 1,7% en première estimation, et alors que les économistes s'attendaient à une révision à 1,9%. Les données révisées montrent aussi une demande intérieure plus faible qu'initialement estimée, avec une progression qui n'est plus que de 0,1% au lieu de 0,2%. La consommation des ménages reste inchangée (+0,3%).

De nombreux économistes redoutent le risque d'un tassement des exportations, moteur de la croissance japonaise, du fait du ralentissement économique attendu aux Etats-Unis.Les exportations japonaises n'avaient pourtant pas montré de signe de baisse, grâce à la forte expansion économique en Asie et dans d'autres pays émergents. Cette demande compensait jusqu'alors les difficultés américaines.

Outre les chiffres décevants du troisième trimestre, le gouvernement a également révisé à la baisse vendredi les chiffres du PIB pour le deuxième trimestre (d'avril à juin). Sur cette période, l'économie s'est contractée de 0,5% par rapport au premier trimestre (au lieu de -0,4% initialement estimé) et de 1,8% en rythme annuel (contre une baisse de 1,6% attendue).

Ces annonces interviennent alors que dans ses perspectives économiques semestrielles, publiées jeudi 6 décembre, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) avait revu à la baisse ses prévisions de croissance pour l'archipel en 2007, prévoyant une croissance de 1,9% contre 2,4% précédemment, en raison du recul des salaires et de la consommation et de la chute des investissements immobiliers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :