Les Bourses asiatiques repartent à la hausse

 |   |  315  mots
A l'exception notable de Shanghai, les principales places financières d'Asie ont terminé ce matin la séance en progression. A Tokyo, l'indice Nikkei a clôturé en hausse de 0,62% tandis que Séoul progressait de 0,14%. En revanche, la Bourse de Shanghai a terminé en repli de 1,47%.

Décidément, sur les places asiatiques, les séances boursières passent mais ne se ressemblent pas. Alors que le mot d'ordre était hier plutôt au repli, le rebond est aujourd'hui de rigueur. Comme en témoigne d'ailleurs la Bourse de Tokyo où l'indice Nikkei, après avoir clôturé hier en baisse, a terminé aujourd'hui sur une note positive, en hausse de 0,62%. Les opérateurs ont visiblement salué la nouvelle dépréciation du yen face au dollar et le Livre Beige de la Fed qui a fait état d'un redémarrage de la consommation aux Etats-Unis considérée comme un facteur essentiel pour les exportateurs japonais. Scénario similaire pour l'indice élargi Topix qui a progressé de 0,61%, à 1.756,64 points.

De son côté, la Bourse de Séoul a une nouvelle fois clôturé sur un record. Son indice vedette, le Kospi, s'est adjugé ce matin une hausse de 0,14% à 1.605,77 points. La séance a été dopée par Wall Street. Mais la prudence des courtiers reste de mise car ils sont quelques-uns à redouter un mouvement de correction imminent. "Il semble que de nombreux investisseurs se préparent à une correction technique qui serait profitable pour une tendance à la hausse sur le long terme", commentait ce matin un analyste de Daishin Securities à l'AFP.

En revanche, la Bourse de Shanghai se distinguait ce matin en terminant la séance de ce jeudi en repli, l'indice composite clôturant en baisse de 1,47%, à 4.115,21 points. Les courtiers ont été sensibles aux dernières déclarations du Premier ministre chinois Wen Jiabao alertant sur un risque de surchauffe de l'économie et laissant planer la crainte d'un resserrement monétaire. Pourtant hier, Shanghai semblait insensible au repli des autres Bourses de la région en ne répercutant pas les mises en garde d'Alan Greenspan et des craintes liées à la remontée des taux d'intérêt.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :