Rapport inquiétant sur l'avenir des ports français

Les sept grands ports autonomes français (Bordeaux, Dunkerque, La Rochelle, Le Havre, Marseille-Fos, Nantes-Saint-Nazaire et Rouen) perdent des parts de marché. Un rapport esquisse des piste spour inverser la tendance.

Notre confrère Les Echos dévoile ce lundi le contenu du rapport sur la situation des ports français réalisé par un quatuor : Claude Gressier et René Genevois, du conseil général des Ponts et Chaussées, ainsi qu'Anne Bolliet et Michel Laffite de l'Inspection général des finances, qui doit éclairer les futurs choix du gouvernement en la matière.

Selon leurs travaux, la compétitivité des ports français est mal en point. Les sept grands ports autonomes français (Bordeaux, Dunkerque, La Rochelle, Le Havre, Marseille-Fos, Nantes-Saint-Nazaire et Rouen) perdent des parts de marché.

Si la réforme des dockers de 1992 - qui a modifié et écorné les conditions de leur monopole - a permis d'améliorer les choses, il faut, selon les auteurs du rapport, aller plus loin en laissant l'exploitation des ports aux entreprises privées pour laisser les ports autonomes s'occuper du développement et de la gestion du domaine portuaire.

Le document prône une normalisation de la fiscalité - en faisant payer aux ports autonomes l'impôt sur les sociétés et la taxe foncière sur les terrains avec des bâtiments - et de la gouvernance avec l'adoption d'un système à conseil de surveillance et directoires, de comités d'audit et de rémunération, et de contrats entre l'Etat et les ports autonomes.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.