La croissance du trafic des passagers aériens dans le monde s'accélère

 |   |  661  mots
Selon l'Association du transport aérien international, le nombre de passagers des avions dans le monde a cru de 6,3% pour les six premiers mois de l'année 2007. C'est plus que l'an passé. Toutefois, en matière de fret, la croissance est en net recul par rapport à la mi-2006.

L'Association du transport aérien international (Iata) a publié ce mardi les chiffres des six premiers mois de l'année avec une demande des passagers en hausse de 6,3 % par rapport à la même période de l'année dernière, un peu plus forte que la hausse de 5,9% connue en 2006.

Toutefois, elle précise que la hausse de la demande des passagers s'est affaiblie pour le mois de juin, enregistrant + 5,3 %, le chiffre le plus bas depuis neuf mois.

La demande de fret pour les six premiers mois de 2007 est en hausse de 2,7 %, bien plus bas que les 4,6 % de hausse enregistrés en 2006 pour la même période. Bien que la demande de ce premier semestre soit plus basse que les prévisions, la demande de juin est pour sa part en hausse de 4,9 % par rapport à juin 2006.

C'est le deuxième mois consécutif d'amélioration pour le fret, suivant la hausse de 5 % en mai, cela pourrait marquer le retour d'une hausse aux alentours du niveau des 5 à 6 % mensuels.

Les coefficients de remplissage atteignent 75 % pour le premier semestre de l'année, en hausse de 0,6 % par rapport à la même période en 2006. "Un effort particulier sur la compétitivité et une gestion prudente des capacités permettent d'avoir des coefficients d'occupation à des niveaux records. Le défi va devenir plus difficile. Sur les 18 prochains mois, à peu près 1800 nouveaux appareils vont être livrés - ce qui équivaut à 10 % de la flotte actuelle", a déclaré Giovanni Bisignani, Directeur Général et de l'Iata.

Les compagnies aériennes de la zone Asie / Pacifique recevront la plus grosse part (35 %) de ces nouveaux appareils, pour faire face à la demande toujours plus forte de l'Inde et de la Chine. Connaissant un important renouvellement de flotte mais aussi pour faire face à une demande importante, les compagnies aériennes européennes recevront 26 % de ces nouveaux appareils et l'Amérique du Nord 25 %. "Les nouveaux appareils, opérés de façon compétitive avec des coefficients d'occupation élevés, nous permettront d'améliorer l'objectif de baisse de consommation de carburant de 25 % d'ici 2020", a ajouté Giovanni Bisigani.

Le Moyen Orient surpasse toutes les autres régions avec une hausse de la demande de passagers de 17,8 % qui a surpassé la capacité et gonflé les coefficients de remplissage pour le premier semestre. L'Afrique suit avec 9,9 % grâce à de nombreuses ouvertures de lignes vers le Moyen Orient et l'Asie. La demande en Asie s'est accrue de 6 % due à des conditions économiques favorables suivie par l'Amérique du Nord (5,2%), l'Europe (4,9%) et l'Amérique Latine (0,7%).

La demande de fret est dominée par les compagnies du Moyen Orient qui ont connu une hausse de 11,7 % pour le premier semestre de l'année. En Asie, la demande a augmenté de 4,6 % pour les six premiers mois de l'année, avec une hausse de 7,4 % en juin suivant une hausse de 7,6 % en mai. La demande est restée faible en Europe (0,7%) et a baissé en Amérique du Nord (-1,2%) et en Amérique Latine (-3,8%).

"Une forte demande des passagers indique qu'un nombre record de passagers va voyager en août. Des mesures de sûreté harmonisées entre toutes les frontières sont plus que jamais nécessaires. L'accord Etats-Unis / Union Européenne sur le partage des données passagers, signé ce mois ci, est un pas dans la bonne direction. Mais les gouvernements doivent avoir en ligne de mire une plus grande harmonisation afin de s'assurer qu'une sûreté effective demeure pratique pour les passagers.

Le cas de la Grande Bretagne sera particulièrement étudié, où la politique de fouille de passagers est peu commode pour les passagers sans connaître d'amélioration significative pour la sûreté. L'unique bénéficiaire de cette politique est BAA, l'opérateur de l'aéroport qui continue de fournir un faible niveau de service en n'investissant pas dans des équipements appropriés et dans du personnel pour faire face à la demande. Cela doit prendre fin", a déclaré Giovanni Bisignani.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :