Adidas : la Bourse salue les bonnes perspectives de prises de commandes

 |   |  489  mots
L'équipementier sportif allemand a annoncé mardi des bénéfices en baisse au premier trimestre mais avec une amélioration de ses ventes et de ses prises de commandes, signe que l'intégration de Reebok commence à porter ses fruits. Ces annonces ont été bien reçues à la Bourse de Francfort où le titre Adidas s'adjuge 5,63%.

Contrairement à Puma lundi qui a affiché notamment des perspectives décevantes, Adidas semble suprendre agréablement les analystes. Certes ses résultats sont en baisse mais le groupe l'avait signalé déjà à la communauté financière. L'équipementier sportif allemand a ainsi dégagé au premier trimestre un bénéfice net en baisse de 11% sur un an, à 128 millions d'euros, encore plombé par les frais marketing engagés pour relancer la marque Reebok.

Ce résultat est supérieur aux attentes des analystes interrogés par l'agence d'informations financières Thomson Financial, qui tablaient dans leur consensus sur un bénéfice net de 123,08 millions. Sur les trois premiers mois de l'année, le bénéfice d'exploitation a baissé de 8% à 229 millions d'euros, là où les analystes prévoyaient 222,7 millions. Le chiffre d'affaires du groupe bavarois a augmenté de 3% à 2,538 milliards d'euros sur la période, selon un communiqué du groupe. Les analystes attendaient 2,51 milliards.

Adidas avait déjà prévenu qu'il s'attendait pour le premier trimestre à une baisse de son bénéfice net de l'ordre de "10 à 20%". Pour l'ensemble de l'année, le groupe a maintenu son objectif de hausse du bénéfice net d'environ 15%, et ce malgré l'absence de grand événement sportif cette année. Mais Adidas espère que l'acquisition récente Reebok aura un impact positif sur ses comptes dès cette année.

L'impact positif du Mondial-2006 sur les ventes "ne pourra pas se répéter au second semestre", prévient toutefois le numéro deux mondial du secteur, derrière l'américain Nike. Le carnets de commandes au 31 mars, chiffre clé pour les futures ventes, ont augmenté de 7% pour la marque adidas et de 3% pour la marque Reebok en valeurs corrigées des taux de change. C'est la première fois que les commandes de Reebok progressent depuis que l'américain a été racheté par le groupe d'Herzogenaurach en 2006. Par région, les ventes en Amérique du nord ont reculé au premier trimestre de 8%, mais sont restées stables en données corrigées des effets de changes, a aussi détaillé Adidas. Elles ont progressé dans les autres régions du monde, de 8% en Europe, marché d'origine d'Adidas, et de 6% en Asie. En Amérique du Sud, où le groupe s'est implanté récemment, la progression atteint 25%.

"La fusion avec Reebok commence maintenant à payer et nous pouvons déjà réaliser les premières synergies", s'est réjoui le patron du groupe Herbert Hainer cité dans le communiqué. Les résultats ont fait plaisir aussi à la Bourse de Francfort, où l'action Adidas a pris la tête de l'indice vedette DAX, avec un gain de plus de 5,6% à 44,68 euros. "Le pire est sans doute passé pour Reebok et la (performance de) la marque Adidas aux Etats-Unis paraît de loin moins effrayante qu'il y a un trimestre", souligne Nils Lesser, analyste chez Merck Finck, cité par l'Agence France Presse (AFP).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :