La Bourse sanctionne la prudence de Fimalac

Le propriétaire de l'agente de notation Fitch Ratings, qui annonce des résultats satisfaisants pour son exercice 2006-2007, se refuse à toute estimation pour 2007/2008, en raison des incertitudes sur la durée et l'ampleur de la crise du marché de la dette. Cela pèse sur le titre qui recule de 2,93% ce mercredi.

Fimalac, le groupe qui contrôle l'agence de notation Fitch Ratings, a publié mardi soir les résultats de son exercice décalé 2006-2007, s'achevant au 30 septembre dernier. Un exercice marqué par une forte chute du bénéfice net, en raison des éléments exceptionnels qui avaient gonflé le résultat de l'exercice précédent, mais par une progression satisfaisante du résultat opérationnel. Pour l'avenir, le groupe s'inquiète de l'impact de la crise du crédit sur les activités de Fitch.

Sur les douze mois écoulés, le groupe de Marc Ladreit de Lacharrière a enregistré un bénéfice net de 79,5 millions d'euros, en forte baisse par rapport aux 531,8 millions de l'exercice précédent. Mais l'exercice 2005-2006 avait été marqué par des éléments exceptionnels considérables: les plus-values réalisées sur la vente de Facom (81 millions d'euros) et de 20% de Fitch (384 millions).

Sur une base comparable, le résultat opérationnel courant de Fimalac s'est établi à 149,1 millions d'euros sur l'exercice écoulé, contre 119,3 millions un an plus tôt. Soit une progression de 27,7%. Le chiffre d'affaires de l'exercice a crû de 18,2% à 744,8 millions d'euros.

Au-delà de ces résultats satisfaisants pour 2006-2007, le groupe se veut très prudent pour le nouvel exercice. "La durée et la profondeur de la crise actuelle du marché de la dette sont encore difficiles à apprécier, ce qui rend délicate toute estimation pour l'exercice 2007/2008", indique Fimalac qui, depuis la cession de la plupart de ses filiales, est désormais concentré sur l'agence de notation Fitch Ratings. "Si le marché de la dette devait continuer à se contracter pendant plusieurs mois, une grande prudence s'imposerait. Toutefois, un environnement plus stable devrait ensuite s'installer et favoriser un retour aux relais de croissance de la notation financière", estime encore le groupe.

Les revenus de Fitch dépendent des commissions versées par les emprunteurs pour faire noter leurs opérations financières. Un ralentissement sévère des marchés du crédit pourrait ainsi se répercuter directement sur l'activité de l'agence.

En Bourse, les propos prudents de Fimalac pèsent sur le cours de l'action. Le titre recule de 2,93% à 45,03 euros mercredi en fin de séance.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.