Nicolas et Rudy seraient-ils jumeaux ?

 |   |  581  mots
La presse américaine n'évoque pas encore la visite du président français à Washington. Un article de Newsweek établit toutefois certaines similitudes entre Nicolas Sarkozy et le candidat républicain Rudy Giuliani.

Contrairement à leurs confrères français, les médias américains n'ont, pour le moment, guère consacré d'articles à la visite de Nicolas Sarkozy. Dans le jargon du métier, cela s'appelle des avant-papiers et il est vrai que la presse américaine n'est guère friande de ce genre d'exercice. Ce matin donc, ni le New York Times, ni le Washington Post, ni même USA Today, pas plus que les journaux télévisés matinaux, n'évoquent la "visite de travail" du président français dans la capitale fédérale américaine.

Liste succincte des sujets traités : le temps qui se refroidit sur la côte Est, le second coup d'Etat de Musharaf, "ce dirigeant, dixit Fox News, à qui l'Amérique a tant donné et qui réprime sans pitié les démocrates de son pays" (et dont le coup de force ne semble pas vraiment indigner la Maison-Blanche), la grève des scénaristes et metteurs en scènes d'Hollywood, l'immigration clandestine (une obsession du sinistre Lou Dobbs de CNN), la présidentielle de 2008 et bien sûr l'Iran, sans oublier quelques faits divers dont une enseignante de mathématiques poursuivie pour détournement de mineur.

Mais en cherchant bien, on trouve tout de même, dans la presse anglo-saxonne, quelques articles consacrés à la France et à ses relations avec les Etats-Unis. Dans le Financial Times (FT) d'hier, Ben Hall et Daniel Dombey estiment que Nicolas Sarkozy offre une "nouvelle cordialité" aux Etats-Unis mais "sans aucune rupture vis-à-vis de la politique française" à l'égard de ce pays. Pour les deux journalistes, le président français va très certainement recevoir l'un des accueils les plus chaleureux offert par l'Amérique à un dirigeant français et cela depuis 1777, date du débarquement du marquis de La Fayette venu combattre aux côtés de George Washington contre les Britanniques.

Mais, tout admiré qu'il est par l'actuelle administration, notamment pour la manière dont il tente de changer les relations franco-américaines, le président français va tout de même signifier à ses interlocuteurs son engagement européen y compris en matière de politique de défense. En clair, juge le FT, "Sarko l'américain" va certainement rappeler qu'il est aussi "Sarko l'européen".

Autre article, celui de Newsweek qui établit un parallèle quelque peu ironique entre Nicolas Sarkozy et Rudy Giuliani, l'ancien maire de New York, aujourd'hui candidat à l'investiture républicaine pour la présidentielle de 2008. On apprend ainsi que ce dernier admire le président français, qu'il partage avec lui la même défiance à l'égard des impôts et qu'il aurait même lancé "I love France" il y a quelques jours. Du jamais vu dans la bouche d'un Républicain qui se gargarise du fait que certains journaux américains présentent Nicolas Sarkozy comme étant "the french Rudy".

Et l'hebdomadaire de relever deux autres points communs. D'abord, les deux hommes ont tous les deux connu un divorce conjugal qui a tenu, c'est le moins qu'on puisse dire, en haleine les médias de leurs pays respectifs. Ensuite, leur capacité à vite s'emporter - comme en témoigne le récent incident entre Nicolas Sarkozy et une journaliste de CBS - n'est désormais plus un mystère. Si, par malheur pour Obama ou Clinton, Giuliani venait à être élu en novembre 2008, on imagine sans peine la paire qu'il formerait avec son alter ego français...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :