Nouvel élan pour la validation des acquis de l'expérience professionnelle

 |   |  474  mots
En vigueur depuis cinq ans, la validation des acquis de l'expérience (VAE) a connu un récent développement. Elle fait aujourd'hui l'objet d'un accord de développement entre le ministère de l'Emploi, le Medef, la CGPME, l'UPA, l'UNAPL et 16 branches professionnelles.

Gérard Larcher, ministre délégué à l'Emploi entend promouvoir la validation des acquis de l'expérience (VAE). C'est la raison pour laquelle il a signé ce matin un accord cadre national de développement de la Validation des acquis de l'expérience avec le Medef, la CGPME, l'UPA, l'UNAPL et seize branches professionnelles. Parmi elles, on trouve les petites entreprises du bâtiment (Capeb), de l'automobile (CNPA), du médicaments (Leem), des transports (UFT), des industries chimiques (UIC) ou bien encore de la métallurgie (UIMM).

Pour le ministre, "la validation des acquis de l'expérience - qui reconnaît les compétences acquises dans la vie active par la délivrance d'un certificat, titre ou diplôme professionne - est "un outil moderne de promotion de l'égalité des chances". Il rappelle aussi qu'en cinq ans "le plan VAE est monté en puissance", l'accélération ayant eu lieu "à la rentrée". A l'heure actuelle, le ministère recense quelque 35.000 certifications de VAE, auxquelles s'ajoutent 25.000 certifications partielles. Le ministre table également sur 60.000 certifications supplémentaires cette année dans le domaine sanitaire et social.

L'accord signé ce matin prévoit de "réduire les délais de mise en oeuvre du dispositif de neuf à dix mois". Dans cette perspective et dans le cadre des travaux du comité interministériel pour le développement de la VAE, une procédure commune à l'ensemble des ministères certificateurs pour analyser la recevabilité des candidatures a été mise en place. Une charte qualité a par ailleurs été adoptée par les départements ministériels pour analyser la recevabilité des candidats, tandis qu'un "document unique devrait voir le jour dans un mois", a indiqué le ministre.

Les signataires de l'accord s'engagent également à développer l'information et la communication sur la VAE. Les pouvoirs publics s'engagent à mettre en place de leur côté un portail dédié à la VAE ( www.vae.gouv.fr), tandis que les organisations professionnelles et interprofessionnelles diffusent auprès de leurs entreprises adhérentes des éléments d'informations sur le dispositif ainsi que sur leur politique et les modalités de mise en oeuvre.

Du côté des organisations patronales interprofessionnelles, la satisfaction est de mise. "Le Medef est très attaché à un développement raisonné de la VAE. C'est un outil précieux d'attractivité et de recrutement notamment dans les secteurs en tension", a ainsi rappelé Francis Da Costa, président de la Commission formation du Medef. De son côté, Jean-François Vaysset, (CGPME) estime qu' "il faut regarder avec les branches pour voir comment les Certificats de qualification professionnel (CQP) peuvent sécuriser les parcours professionnels". Tandis que Pierre Martin (UPA) estime quant à lui que ce "dispositif moderne de la formation professionnelle" permet de "démocratiser l'accès aux diplômes pour ceux qui n'ont pas pu faire des études".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :