Le Magasin, rayon "art"

 |   |  454  mots
Au centre national d'art contemporain de Grenoble, le Britannique Gavin Turk interroge le statut de l'artiste pendant que Latifa Echakhch trace des chemins de traverse entre les cultures.

Voilà enfin un magasin où vous n'aurez pas à vous excuser d'être là "juste pour regarder". Ici, rien n'est à vendre, tout est disposé pour le plaisir des yeux. "Le Magasin" est le centre national d'art contemporain de Grenoble. Le bâtiment - une ancienne halle dont la structure en acier fut conçue par Eiffel pour l'exposition universelle de 1900 - a de quoi impressionner avec ses 2.000 m2 d'aire d'exposition et ses 20 mètres de hauteur.

Baptisé "La Rue", l'espace principal sous verrière est un terrain d'expérimentation parfait pour les artistes en manque d'espace. Les plus grands noms de l'art contemporain s'y sont déjà frottés, de Daniel Buren à Richard Long, en passant par Barbara Kruger.

Depuis sa réouverture l'année dernière après deux ans de travaux, le directeur du lieu, Yves Aupetitallot, a décidé d'offrir cette "Rue" aux artistes émergents. C'est le cas en ce moment de Latifa Echakhch qui a partitionné l'espace en dessinant au sol une structure ouverte, déclinée à partir de motifs ornementaux de mosquées. La jeune artiste d'origine marocaine ponctue le parcours d'événements qui questionnent les cultures orientales et occidentales. Par exemple, des morceaux de sucre renversés sur le sol qui veulent rappeler que si, en France, le sucre est fragmenté en
doses individuelles, il se présente, au Maroc, sous la forme d'un seul bloc de deux kilos que l'on brise et partage.

Les salles adjacentes sont occupées par Gavin Turk qui, lui, n'a rien d'un petit nouveau même si son oeuvre reste peu connue en France. L'exposition regroupe une production étalée sur quinze ans. Elle offre un bon aperçu du travail du Britannique qui se met souvent en scène pour questionner judicieusement la valeur des oeuvres et la place des artistes dans la société. Ainsi peut-on le reconnaître déguisé en Elvis Presley, tenant la pose immortalisée par Andy Warhol, dans une sérigraphie qui ressemble à s'y méprendre à celle de l'artiste pop.

Des références, il y en beaucoup d'autres, d'Yves Klein à Marcel Duchamp, avec le plus souvent un sens de la dérision qui n'est pas sans rappeler les joyeux trublions suisses Fischli & Weiss. En prenant ancrage dans plusieurs pans de l'histoire de l'art moderne, chacune de la trentaine d'oeuvres exposée offre quantité de niveaux de lecture. Il y a donc de quoi faire. Les rayons du Magasin sont bien
remplis.


Jusqu'au 2 septembre :
Gavin Turk : "The Negotiation of Purpose" ; Latifa Echakhch : "Il m'a
fallu tant de chemins pour parvenir jusqu'à toi" ; Troy Brauntuch.
Le Magasin, site Bouchayer-Viallet, 155 cours Berriat, Grenoble. Du mardi au
dimanche de 14h à 19h. Tél. : 04 76 21 95 84 ; Site : www.magasin-cnac.org

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :