Delphine Batho sur les pas de Ségolène Royal dans les Deux-Sèvres

 |  | 213 mots
Lecture 1 min.
Sur les deux parachutages du Parti socialiste en Poitou-Charentes, celui là se passe bien. Ce n'est pas le cas de l'autre: Malek Boutih ne s'impose pas en Charente.

Pour la deuxième circonscription des Deux-Sèvres, le PS semble pouvoir conserver somme toute facilement le siège de député détenu jusqu'ici par Ségolène Royal, grâce pourtant à une inconnue, Delphine Batho. La jeune secrétaire nationale à la Sécurité du PS avait en face d'elle l'UMP Jean-Pierre Griffault et la candidate du MoDem, Simone Donnefort, géographe à l'Université de Poitiers. Parachutée dans ces terres de gauche comme le fut Ségolène Royal en son temps, Delphine Batho profite pleinement de l'aura de la candidate malheureuse à la présidentielle. En 2002, Ségolène Royal l'avait largement emporté avec 55,05 % contre 44,95 % à sa rivale de l'UMP.

Dans la quatrième circonscription de Charente, Malek Boutih, candidat officiel du PS, devait affronter la dissidente socialiste Martine Pinville. Suppléante du député sortant Jean-Claude Beauchaud qui ne se représentait pas, elle pouvait semble-t-il compter sur un mouvement d'humeur des électeurs de gauche qui n'aiment pas qu'on leur force la main. La lutte fratricide entre la femme du cru et le ténor parisien, ancien président de SOS Racisme, laisse quelques espoirs au candidat de droite Philippe Mottet, maire d'Angoulême.

Au deuxième tour de la présidentielle, Ségolène Royal avait largement devancé Nicolas Sarkozy, 54,55 % contre 45,45 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :