Bush recevra le président Sarkozy samedi dans le Maine

George Bush rencontrera samedi Nicolas Sarkozy dans sa propriété familiale de Kennebunkport, dans le Maine, a annoncé mercredi soir la Maison blanche. Le président américain se réjouit de cette visite, a déclaré Tony Snow, porte-parole de la Maison Blanche. Le palais de l'Elysée confirme dans un communiqué que le président français - qui entre temps sera revenu en France pour assister vendredi aux obsèques de Monseigner Lustiger- et son épouse Cécilia auront un déjeuner privé avec George Bush et la First Lady, Laura Bush. Depuis une semaine, Nicolas Sarkozy passe des vacances en famille dans l'Etat voisin du New Hampshire, à Wolfeboro, à seulement 80 km de Kennebunkport. La Maison Blanche a fini mercredi par officialiser ce déjeuner, qui paraissait une affaire entendue depuis que le Président français a commencé ses vacances à quelques dizaines de kilomètres de l'endroit où George Bush doit séjourner à partir de ce jeudi. M. Bush recevra M. Sarkozy à Kennebunkport parce que "primo (...) il est dans les parages. Secundo, nous semblons à l'aube d'une nouvelle ère dans les relations avec les Français, et c'est une bonne chose", a dit devant la presse Tony Snow. Il s'agira de la première rencontre aux Etats-Unis entre les deux hommes depuis que Nicolas Sarkozy a été élu président de la République en mai. Il est seulement le deuxième chef d'Etat à se rendre dans la résidence familiale de Bush, quelques semaines après le président russe Vladimir Poutine. Tony Snow a précisé que, comme avec le président russe Vladimir Poutine pour apaiser de graves querelles début juillet, M. Bush comptait sur les vertus de l'air marin et du homard, la spécialité locale, pour les relations avec M. Sarkozy. Le désaccord fondamental sur la guerre en Irak avait en effet considérablement tendu les relations entre Bush et Jacques Chirac. L'élection de Nicolas Sarkozy a suscité l'attente de nouveaux rapports avec la France aux Etats-Unis, sensibles à son image de dynamisme et de fils d'immigré, et sa réputation d'être beaucoup plus pro-américain que Jacques Chirac. Nicolas Sarkozy avait été critiqué jusque dans son camp pour avoir dit que la France n'était pas "exempte de reproches" et pour avoir prôné un dialogue "sans arrogance", revenant ensuite à une position plus conventionnelle en déclarant en janvier que la guerre en Irak était "une faute".Le porte-parole américain a insisté sur le caractère informel de la rencontre : s'il est "sûr que des sujets internationaux seront abordés", il ne s'agit pas d'un sommet et qu'il n'y a pas de programme défini: le programme, c'est "passez nous rendre visite", a ajouté Snow.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.